Publicité
Sciences

Les animaux à gros cerveau bâillent plus longtemps

25-10-2016

Plus on a un gros cerveau, plus on bâille longtemps. C’est l’amusante conclusion d’une étude parue dans Biology Letters, et menée par des chercheurs de la State University of New York à Oneonta.

Leur méthodologie? Passer des heures sur Internet, à visionner des vidéos d’animaux bâillant à s’en décrocher la mâchoire.

Au total, ils ont analysé la durée moyenne du bâillement de 109 individus appartenant à 19 espèces, incluant des lions, des gorilles, des lapins, des chameaux, des éléphants et, bien sûr, des humains.

Conclusion: la durée du bâillement est directement proportionnelle à la taille du cerveau et au nombre de neurones dans le cortex cérébral (la « couche » externe des hémisphères cérébraux).

Ces résultats contribuent à expliquer le rôle du bâillement, qui est débattu depuis longtemps dans la communauté scientifique. Des études avaient déjà suggéré que le bâillement était une adaptation permettant d’améliorer la circulation sanguine dans le cerveau et de refroidir la matière grise… De quoi donner un regain d’énergie à l’activité cérébrale, ce que les chercheurs appellent l’éveil cortical.

Ainsi, « des bâillements plus longs semblent nécessaires pour moduler de façon plus efficace l’éveil cortical des animaux ayant des cerveaux plus gros et plus complexes », écrivent les auteurs.

Et d’ajouter que l’on sait encore peu de choses sur ce comportement qui est pourtant l’un des plus banals de notre quotidien…

Publicité

À lire aussi

Sciences

L’interprétation des inscriptions de la Vallée de l’Indus est un vrai défi

Pourra-t-on un jour déchiffrer l'écriture de la Vallée de l'Indus? Entrevue avec Niladri Sarkar sur cette civilisation mystérieuse.
Marine Corniou 14-02-2017
Sciences

Précieuses épices

Et si les épices étaient toujours les meilleurs agents de conservation ?
Martine Letarte 24-11-2016
Sciences

La biologie synthétique ou la vie en version 2.0

Fabriquer de nouveaux gènes. Réécrire des génomes entiers. Repenser la vie elle-même. Tout cela est désormais possible grâce à la biologie synthétique.
Joël Leblanc 22-01-2020