Publicité
Sciences

Les animaux à gros cerveau bâillent plus longtemps

25-10-2016

Plus on a un gros cerveau, plus on bâille longtemps. C’est l’amusante conclusion d’une étude parue dans Biology Letters, et menée par des chercheurs de la State University of New York à Oneonta.

Leur méthodologie? Passer des heures sur Internet, à visionner des vidéos d’animaux bâillant à s’en décrocher la mâchoire.

Au total, ils ont analysé la durée moyenne du bâillement de 109 individus appartenant à 19 espèces, incluant des lions, des gorilles, des lapins, des chameaux, des éléphants et, bien sûr, des humains.

Conclusion: la durée du bâillement est directement proportionnelle à la taille du cerveau et au nombre de neurones dans le cortex cérébral (la « couche » externe des hémisphères cérébraux).

Ces résultats contribuent à expliquer le rôle du bâillement, qui est débattu depuis longtemps dans la communauté scientifique. Des études avaient déjà suggéré que le bâillement était une adaptation permettant d’améliorer la circulation sanguine dans le cerveau et de refroidir la matière grise… De quoi donner un regain d’énergie à l’activité cérébrale, ce que les chercheurs appellent l’éveil cortical.

Ainsi, « des bâillements plus longs semblent nécessaires pour moduler de façon plus efficace l’éveil cortical des animaux ayant des cerveaux plus gros et plus complexes », écrivent les auteurs.

Et d’ajouter que l’on sait encore peu de choses sur ce comportement qui est pourtant l’un des plus banals de notre quotidien…

Publicité

À lire aussi

Sciences

Un fossile dénisovien de 160 000 ans trouvé à 3200 m d’altitude

L'analyse d'une mâchoire révèle que les Dénisoviens avaient colonisé les plateaux tibétains il y a...160 000 ans!
Marine Corniou 02-05-2019
Sciences

Montérégie: le garde-manger des Québécois se meurt

Si rien n'est fait, les terres qui produisent la moitié des légumes du Québec pourraient disparaître d'ici 50 ans. Un chercheur et des cultivateurs font équipe pour trouver des solutions.
Martin Primeau 21-10-2019
Sciences

L’écureuil à dents de sabre

Des paléontologues de l'université de Louisville, aux États-Unis, ont découvert le fossile d'un «écureuil à dents de sabre» qui vivait au Crétacé, il y a 100 millions d'années.
Joël Leblanc 21-12-2011