Publicité
Sciences

Les concombres de mer arrivent à se déplacer

16-05-2019

Concombre de l’espèce Cucumaria frondosa Photo: Mélissa Guillemette

Les concombres de mer peuvent se balader, ont découvert des chercheurs canadiens. 

Annie Mercier et Jean-François Hamel sont bien connus pour leurs travaux sur les concombres de mer, en plus de leurs recherches sur la vie des grandes profondeurs marines.

Lors de notre passage dans leur laboratoire de l’Ocean Sciences Centre de l’Université Memorial, à Terre-Neuve, il y avait des concombres dans des aquariums, au congélateur et dans le séchoir, diffusant une odeur de bord de mer.

Avec des collègues et des étudiants, le duo a récemment publié un article dans le Journal of Animal Ecology révélant que ces échinodermes sont capables de se déplacer sur de grandes distances en modifiant leur flottabilité. Ils se gorgent d’eau et gonflent afin de rouler, dériver et chuter vers de nouveaux territoires, un phénomène que les chercheurs ont documenté chez deux espèces en laboratoire, mais aussi dans leur habitat naturel.

Cucumaria frondosa, l’espèce commerciale canadienne, peut ainsi parcourir 90 km par jour! Pas mal pour une espèce sédentaire qui ne semblait pouvoir bouger que de quelques centimètres à l’heure seulement.

Un ancien étudiant au doctorat, Bruno Gianasi, a également découvert, à force d’observer des larves de Cucumaria frondosa, qu’elles fusionnent parfois pour constituer une chimère. Cela signifie qu’un individu porte deux, voire trois bagages génétiques, comme si des jumeaux non identiques se soudaient.

Ces larves sont plus grosses, ce qui pourrait expliquer les différences de taille marquées entre des concombres du même âge.

Publicité

À lire aussi

Les 10 découvertes de 2016

Les découvertes de l’année dans le rétroviseur

Une minisérie s'intéresse à l'évolution des découvertes qui ont figuré dans le palmarès annuel de Québec Science.
En partenariat avec la Fédération des cégeps
Sciences

Cégépiens et apprentis chercheurs

Lorsqu'on pense à la recherche fondamentale, on a souvent en tête les études à la maîtrise et au doctorat. Mais si on commençait dès le cégep ?
Martine Letarte 18-04-2018
Sciences

Une larve dévoreuse de plastique

Une larve de papillon raffole du plastique: une solution pour réduire les déchets?
Marine Corniou 25-04-2017