Publicité
Sciences

L’Homo erectus, paresseux?

14-08-2018

Image: Wikimedia Commons

L’Homo erectus aurait en partie disparu en raison de sa paresse, selon une étude publiée dans PLOS ONE, le 27 juillet 2018. Vraiment?

Une équipe d’anthropologues australiens a fouillé le site de Saffaqah, situé en Arabie Saoudite. Selon Ceri Shipton, chercheur principal, les milliers d’artéfacts découverts indiquent que «pour fabriquer leurs outils en pierre, ils se servaient des roches qu’ils trouvaient autour de leur camp, bien souvent de faible qualité comparativement à celles utilisées par les fabricants d’outils en pierre venus après eux», dont les Homo sapiens.

Selon les chercheurs, l’Homo erectus se contentait de prendre une pierre tout près au lieu d’aller se procurer un matériau de meilleure qualité qui se trouvait de l’autre côté de la colline. Qui plus est, même lorsque les conditions devenaient défavorables (la rivière qui s’assèche, par exemple), l’Homo erectus ne changeait en rien ses stratégies. La loi du moindre effort aurait donc contribué à précipiter la fin de l’espèce.

Cependant, des spécialistes critiquent cette recherche. Est-ce que ces outils étaient bien ceux d’Homo erectus? Est-ce pousser trop loin l’interprétation en concluant que l’espèce était paresseuse à la lumière de ces artéfacts? Peut-être qu’une roche de meilleure qualité n’était pas nécessaire pour les besoins?

Le chercheur Ceri Shipton n’a pas voulu répondre aux questions de Québec Science et n’accorde plus d’entrevue à ce sujet. Il a depuis effacé sur Twitter les gazouillis concernant son étude.

 

Publicité

À lire aussi

Sciences

Un code chiffré jamais déchiffré

Saurez-vous résoudre le code d’Agapeyeff?
Sciences

Rénover l’économie par la créativité

Depuis une quinzaine d'années, pour rivaliser avec la Chine ou le Mexique, les pays développés misent sur l'économie créative.
Sciences

Premières images de la comète ISON

L'observatoire du Mont-Mégantic nous a fourni ses premières photos de la comète ISON, qui s'approche du Soleil.
Québec Science 29-10-2013