Publicité
Sciences

Naissance d’un volcan sous-marin à Mayotte

27-08-2020

Vue vers Mayotte de la ride volcanique et des nombreux édifices qui la composent. Le nouveau volcan est indiqué par une flèche. Campagne MAYOBS

Ce n’est pas tous les jours qu’on assiste à la naissance d’un volcan, comme a pu le faire une équipe de géologues français.

En mai 2018, une série de petits séismes a secoué l’île de Mayotte, dans l’océan Indien. Le 15 mai, l’un d’entre eux, de magnitude 5,8, a carrément semé la panique. Il faut dire que la petite île française, qui fait partie de l’archipel des Comores, n’est pas une zone sismique active et n’avait jamais connu de telles secousses.

Au total, au cours des derniers mois, des milliers de tremblements de terre ont été enregistrés. « Le type de séismes, survenant par essaims, faisait penser à une activité volcanique », rapporte Nathalie Feuillet, géologue à l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP).

Pour en avoir le cœur net, l’équipe de l’IPGP a installé des sismomètres « fond de mer » en février 2019.  Puis, quelques semaines plus tard, les scientifiques ont lancé une campagne d’observation à bord du navire océanographique Marion Dufresne, pour récupérer leurs instruments et cartographier la zone où se produisaient les séismes grâce à un sondeur bathymétrique multifaisceaux. À la manière d’un échographe, cet appareil balaie les fonds marins avec une onde acoustique qui se réfléchit sur les reliefs puis retourne vers la surface. « Sur le trajet, les ondes échantillonnent aussi la colonne d’eau, on peut voir des bancs de poissons, des baleines, etc. », explique Nathalie Feuillet.

« On ne savait pas ce qu’on allait voir, parce que le magma peut rester sous la croûte sans sortir. Mais un soir, on a vu en direct une énorme anomalie dans la colonne d’eau, quelque chose qui faisait 2000 mètres de hauteur. Il s’agissait clairement d’un panache volcanique. On a comparé nos relevés avec les anciennes données bathymétriques, et c’est là qu’on a découvert l’édifice volcanique », relate la chercheuse, qui a co-dirigé la mission, nommée MAYOBS.

Une naissance bruyante

Ce « bébé » volcan, apparu à 50 km au large de Mayotte, est imposant : 800 mètres de hauteur et 5 km de diamètre. Sa naissance, en plus des séismes locaux, s’est accompagnée de vibrations de basses fréquences inhabituelles, de très longue durée (20 minutes), perçues par des sismomètres du monde entier le 11 novembre 2018.

Selon une étude publiée dans Nature Geoscience en janvier 2020 par une équipe internationale, l’analyse de ces signaux sismiques suggère qu’au moins 1,3 km3 de magma a été expulsé d’un réservoir de 10 à 15 km de diamètre, situé à environ 30 km de profondeur. C’est la plus grande éruption sous-marine enregistrée à ce jour, et elle se poursuit. « En l’état actuel des connaissances, le nouveau site éruptif a produit au moins 5,1 km3 de lave depuis le début de son édification », peut-on lire dans le bulletin du Réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte de mai 2020.

« La vidange du réservoir magmatique a eu pour conséquence un affaissement de l’île de Mayotte d’environ 15 cm. On pense que le réservoir est plus proche de l’île que le volcan, même si on ne peut pas le localiser précisément », précise Nathalie Feuillet.

Évidemment, les scientifiques gardent l’œil sur ce nouveau volcan, et les réseaux de GPS et de sismomètres (à terre et en mer) ont été renforcés depuis début 2019. Pour l’instant, il y a encore de l’activité sismique, l’île continue de s’enfoncer, mais le magma semble s’écouler plus tranquillement.

« Contrairement aux volcans terrestres, on n’a pas la surveillance en temps réel ni la possibilité de l’observer de visu. Là où il est situé, à 3000 m de fond, il faut des gros bateaux pour installer nos sismomètres et aller les rechercher pour lire les données », explique-t-elle.

D’où sort ce volcan? La réponse n’est pas claire. L’archipel des Comores, d’origine volcanique mais calme depuis longtemps, pourrait être lié à la présence d’un point chaud, un point fixe d’où remonte de la roche du manteau, mais l’hypothèse n’est pas étayée par les nouvelles analyses. La région se situe également sur un rift, qui a conduit à la séparation de Madagascar du continent africain, et il est possible qu’un réseau complexe de failles soit en jeu.

Les volcans sous-marins ont beau être beaucoup plus nombreux que leurs homologues sur la terre ferme, ils sont forcément moins étudiés. Le volcan de Mayotte est donc un cas d’école, et les chercheurs de l’IPGP comptent bien multiplier les campagnes d’observation.

Publicité

À lire aussi

Sciences

Volcans sous surveillance

Satellites, drones, intelligence artificielle et capteurs faits maison : tous les moyens sont bons pour surveiller les volcans. Car il est temps de prendre cette menace au sérieux, avertissent des chercheurs.
Marine Corniou 27-08-2020
Sciences

Quand le sexe fait mal

Plusieurs femmes éprouvent de la douleur pendant les relations sexuelles sans qu'une cause médicale puisse l'expliquer. Ce n'est pas pour autant un mal imaginaire.
Sciences

Les dindes, championnes de la génétique

Au cours des 30 dernières années, la vitesse de croissance de la dinde d’élevage a doublé.
Marine Corniou 22-11-2013