Publicité
Sciences

Premiers Américains: le secret du mastodonte

02-03-2012

[mks_col]

[mks_one_half]Ils auraient traversé à pied le détroit de Béring, en suivant les troupeaux sauvages. Puis ils auraient colonisé le continent en empruntant un passage exempt de glaces à l’est des Rocheuses. Pour le reste, on sait bien peu de choses sur les premiers «Américains». D’où sont-ils partis? Et surtout, quand sont-ils arrivés? Jusqu’ici, on croyait qu’ils appartenaient à la culture Clovis (nommée d’après une ville jouxtant un site de fouilles au Nouveau-Mexique), apparue il y a environ 13 000 ans. Mais des découvertes récentes suggèrent que la colonisation aurait eu lieu au moins 2 000 ans plus tôt.[/mks_one_half]

[mks_one_half][/mks_one_half]

[/mks_col]

À la fin de l’année dernière, des archéologues ont dévoilé un nouvel indice qui attesterait l’existence d’un peuplement «pré-Clovis»: une côte de mastodonte (un cousin du mammouth) dans laquelle était plantée une pointe en os, vraisemblablement taillée par un humain. L’arté­fact a été mis au jour en 1977 dans la péninsule Olympic, face à Seattle, mais ce n’est que récemment que les chercheurs ont réussi à dater la pointe au carbone 14. Conclusion, cette flèche façonnée dans l’os d’un autre mastodonte aurait tué la bête il y a 13 800 ans.

«C’est une preuve supplémentaire que des chasseurs étaient présents sur ce territoire avant les hommes de Clovis», affirme Michael Waters, directeur du Centre d’étude des premiers Américains à l’université Texas A&M, qui a publié ces analyses dans la revue Science.

Si le chercheur n’est pas surpris par la trouvaille, c’est qu’il travaille aussi sur le site archéologique de Debra L. Friedkin, au Texas. En mars dernier, son équipe y a trouvé un vrai trésor en fouillant dans les couches de sous-sol antérieures à la culture Clovis: près de 16 000 lames, bifaces et autres outils de pierre. Pour évaluer leur âge, les chercheurs ont employé une méthode de datation très précise des sédiments, la luminescence optique, qui mesure le temps depuis lequel les minéraux n’ont pas été exposés à la lumière du jour. D’après les résultats, ces artéfacts seraient âgés de 15 500 ans!

«Ces découvertes laissent croire qu’il aurait existé une civilisation pré-Clovis, soutient Claude Chapdelaine, archéologue et professeur d’an­thro­pologie à l’Université de Montréal. Cependant, il y a eu beau­coup de déceptions par le passé, de mauvaises datations et de fausses pistes. Il faut donc garder son esprit critique.»

Dans la communauté des archéologues, certains expriment encore des doutes. «D’abord, on n’a pas trouvé d’objets caractéristiques de la période pré-Clovis, alors que les pointes “Clovis” sont très reconnaissables. Ensuite, même s’il est vrai que, en théorie, plus les couches de sol sont profondes, plus elles sont anciennes, l’ordre chronologique n’est pas toujours respecté. Il est possible que des objets récents aient été enfouis plus profondément par des phénomènes géologiques», explique Claude Chapdelaine.

Ce scénario perd toutefois en crédibilité à mesure que les indices se multiplient. «Sur le site de Cactus Hill, en Virginie, où les hommes de Clovis ont laissé des traces, on a trouvé dans les couches plus profondes des objets et du charbon de bois datant de 15 000 à 17 000 ans. Les bifaces, avec leur base légèrement amincie, pourraient être des prototypes des futures pointes Clovis», précise Claude Chapdelaine. Selon lui, des fouilles menées sur un autre site texan, Gault Site, pourraient bientôt livrer une foule d’objets datant de la même période.

Si on admet que ces pionniers ont existé, on doit encore retracer leur route. Ils sont arrivés par la Béringie (entre l’Alaska et le Yukon, où l’on trouve des sites pré-Clovis), mais nul ne sait comment ils ont gagné le reste du continent. Car il y a 15 000 ans, le nord du Canada était couvert d’un manteau de glace infranchissable. Ce n’est qu’à la fin de la période glaciaire, 2 000 ans plus tard, qu’un couloir de terre s’est ouvert à l’est des Rocheuses, permettant aux groupes humains de progresser à pied vers le sud.

Selon plusieurs archéologues nord-américains, dont Jon Erlandson, de l’Université de l’Oregon, les premiers Amé­ri­cains se seraient d’abord déplacés en bateau, en longeant la côte ouest du Canada. Dans ces eaux, la glace avait déjà fondu il y a 16 000 ans. On espère un jour trouver des restes d’embarcations pour enfin écrire l’histoire de ces peuples aventuriers.

Crédit illustration: Katrinn Pelletier / Colagene.com

Publicité

À lire aussi

Sciences

La bosse de la musique

On dit souvent que les virtuoses ont une excellente oreille. Les neuroscientifiques croient plutôt que c’est entre les deux oreilles que se situe l’explication du génie musical.
Catherine Girard 20-07-2012
Sciences

Une larve dévoreuse de plastique

Une larve de papillon raffole du plastique: une solution pour réduire les déchets?
Marine Corniou 25-04-2017
Sciences

L’Univers va-t-il disparaître?

La recherche en physique des particules est en pleine remise en question. C’est ce que croit le chercheur Yves Sirois qui nous livre un état des lieux de la physique d’aujourd’hui.
Pierre Sormany 26-06-2015