Publicité
Sciences

Prêt pour le queccabyte et le ronnamètre?

16-05-2019

Illustration: Shutterstock

Le système métrique pourrait s’enrichir sous peu de nouveaux préfixes à accoler aux nombres ridiculement grands et petits.

Méga-, giga-, téra- : ça va, on connaît. Mais ronna- et quecca-? Ce sont les nouveaux noms soumis au Bureau international des poids et mesures de Paris, le gardien du système métrique, pour représenter les neuvième et dixième préfixes multiplicateurs par dix, soit 1027 et 1030. Avec leurs vis-à-vis extraordinairement petits, ronto- pour 10-27 et quecto- pour 10-30, ils subiront l’examen du Comité consultatif des unités en octobre prochain, première étape en vue de leur éventuelle adoption en 2022, à la prochaine Conférence générale des poids et mesures.

À l’heure actuelle, c’est le far west dans la manière de faire référence simplement à ces nombres stratosphériques dont on n’a pas encore besoin, mais qu’on voit poindre à l’horizon en raison de l’explosion du stockage informatique global et des avancées en physique quantique. Des préfixes non officiels comme hella-, bronto- et xera- ont circulé dans les dernières années, tout particulièrement dans les médias.

Ce n’est pas, en soi, catastrophique, mais le risque est que ces termes officieux s’enracinent dans le vocabulaire et provoquent la confusion dans les cercles scientifiques quand ils deviendront absolument nécessaires. De là le besoin d’une convention : tout le monde s’entend sur des termes dissipant tout risque de malentendu.

Racines grecques et latines

C’est Richard Brown, responsable de la métrologie au National Physical Laboratory de Teddington, en Grande-Bretagne, qui a élaboré les suggestions à l’étude. Pour ce faire, il s’est appuyé sur la tradition existante pour mener ce genre d’exercice, qui veut par exemple que les propositions se fassent par paire, jamais en trio ou au-delà. La dernière intronisation remonte au tournant des années 1990, alors que zetta- (1021) et yotta- (1024) ainsi que zepto- (10-21) et yocto- (10-24) ont fait leur entrée officielle dans le système métrique.

«Je me suis d’abord référé aux racines grecques et latines des nombres neuf [novem et ennea] et dix [decem et deka]. Puis, comme il fallait se soucier de la première lettre de chaque préfixe afin d’éviter la confusion avec d’autres termes en usage, je me suis tourné vers R et Q», explique-t-il.

Pour l’instant, les créations de M. Brown sont les seules dans les blocs de départ. Ce qui ne veut pas dire qu’elles seront automatiquement adoptées. «Il se peut que mes propositions soient jugées prématurées. Avant même de se pencher sur leur qualité, le Comité devra d’abord trancher quant à leur pertinence : est-il même nécessaire d’étendre l’échelle?» souligne-t-il. Une interrogation légitime; on prévoit que le stockage informatique global atteindra le sommet actuel de l’échelle, le yottaoctet, autour de 2030 seulement.

Serait-il déçu si son initiative tombait à l’eau? «Pas du tout! Je comprends que ce genre de décision est affaire de consensus. Ce n’est pas tous les jours qu’on apporte une contribution aussi importante à la science.»

Publicité

À lire aussi

Sciences

Un coeur d’épinards

Des chercheurs ont utilisé les vaisseaux des feuilles d'épinard pour reproduire le mouvement du sang dans les petits capillaires humains.
Laurie Noreau 02-06-2017
Sciences

La poterie chez d’anciens peuples pueblos, pas qu’une affaire de femmes

Les empreintes digitales laissées sur d’anciennes poteries dévoilent que les hommes, autant que les femmes, étaient impliqués dans leur fabrication.
Annie Labrecque 04-06-2019
Les 10 découvertes de 2009

Ribosome: aux origines de la vie

Des chercheurs ont percé l’un des plus grands secrets des origines de la vie. Ils ont reconstitué l’évolution du ribosome, l’usine à protéines de nos cellules.
Noémi Mercier 25-04-2010