Publicité
Sciences

Séquencer l’ADN de 1,5 million d’espèces sur Terre

06-11-2018

Le projet Earth BioGenome vise à séquencer toutes les espèces eucaryotes, soit tous les organismes sauf les bactéries et les archées. Illustration: Mirhee Lee

Des scientifiques d’un peu partout dans le monde collaborent à un projet ambitieux: procéder au séquençage des génomes de 1,5 million d’espèces comprenant animaux, végétaux, protozoaires et champignons.

L’objectif commun poursuivi par les chercheurs est «de séquencer, catégoriser et caractériser les génomes de toute la biodiversité eucaryote (NDLR: ne comprend pas les bactéries et les archées) sur Terre sur une période de 10 ans», selon l’article publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences en avril dernier. Ces efforts serviront à perfectionner les connaissances sur la biologie et l’évolution, mais aussi à mieux protéger les espèces.

Le lancement officiel de ce projet, le Earth BioGenome Project (EBP) a eu lieu le 1er novembre, à Londres. Jusqu’à présent, la communauté scientifique aurait décodé les génomes de 3 500 espèces, ce qui représente 0,2% de l’objectif que s’est fixé le consortium. Chapeautées par l’UC Davis aux États-Unis, plusieurs institutions à travers le monde participent au projet EBP dont certaines au Royaume-Uni, en Chine, en Allemagne, au Danemark et au Brésil.

Les chercheurs espèrent que ce séquençage massif révèlera quelques secrets, qu’ils appellent la «dark matter of biology» (c’est-à-dire la matière sombre de la biologie), et qui ouvriraient la voie à la fabrication de nouveaux médicaments ou encore à la mise au point de technologies visant à diminuer les gaz à effet de serre.

C’est l’avancée des technologies de séquençage qui a permis de se lancer dans une entreprise aussi vaste. S’étalant sur une dizaine d’années, le Earth BioGenome Project nécessite 4,7 milliards de dollars US en investissements. À titre comparatif, en dollars constants, le projet «Génome humain a coûté 4,8 milliards de dollars et aurait généré un rendement équivalent à 141 pour 1».

Quelques projets de séquençage :

Publicité

À lire aussi

Sciences

Naissance de deux macaques clonés: pourquoi en parle-t-on autant?

Une équipe chinoise vient de cloner les tout premiers primates. De quoi relancer le débat sur le clonage. Explications en 3 points.
Marine Corniou 25-01-2018
Les 10 découvertes de 2018

Une molécule prometteuse contre la malaria

Une molécule dérivée d’une plante pourrait devenir le premier traitement contre l'une des complications les plus dangereuses de la malaria.
Sciences

L’araignée de Gryffondor, hommage à Harry Potter

Une nouvelle espèce d'araignée a été nommée d'après les romans de Harry Potter.
Marine Corniou 12-12-2016