Publicité
Sciences

Un coeur d’épinards

02-06-2017

Jusqu’à présent, les délicats vaisseaux sanguins de notre cœur n’ont jamais pu être reproduits. La solution se trouverait peut-être dans les feuilles d’épinards ! Le système vasculaire de ce légume vert ressemble à s’y méprendre au nôtre : un réseau complexe de veinules s’occupe d’acheminer l’eau et les nutriments jusqu’aux cellules.

Des chercheurs du Worcester Polytechnic Institute, au Massachusetts, ont donc utilisé ces réseaux pour reproduire le mouvement du sang dans les petits capillaires humains.
En laboratoire, ils ont retiré les cellules de la feuille d’épinards pour ne garder que sa structure en cellulose. Ce matériau est déjà utilisé en médecine, notamment pour créer du cartilage et certaines parties de l’os, ou pour aider à la cicatrisation.

Les chercheurs ont ensuite plongé cette membrane cellulosique dans des cellules humaines. Un tissu s’est formé autour de la structure, puis autour des petites veines, créant ainsi l’architecture d’un cœur. Du colorant rouge a été injecté et les circuits vasculaires se sont gorgés de liquide, empruntant le même chemin que celui des cellules et des nutriments du sang envoyés au cœur. Les résultats de cette expérience ont été publiés dans la revue Biomaterials.

Pour l’heure, ces travaux ne sont qu’une preuve de concept. Ils laissent toutefois entrevoir la possibilité de remplacer certains tissus cardiaques endommagés par ce réseau de veines végétales. Les idées ne manquent pas pour utiliser les plantes afin de réparer le corps humain : pourquoi ne pas profiter du réseau vascularisé du bois pour réparer certains os ?

Publicité

À lire aussi

Sciences

Science à bord

Comment sauvegarder l'intégrité écologique du Saint-Laurent en ces années de changements climatiques? Notre journaliste est montée à bord du Coriolis II.
Les 10 découvertes de 2011

Arbres: collaboration souterraine

Certains feuillus et conifères soudent leurs racines pour partager les ressources du sol. L’un disparaît? L’autre dépérit! Une découverte qui pourrait changer les pratiques forestières.
Joël Leblanc 07-12-2011
Sciences

Les australopithèques grimpaient bel et bien aux arbres

L'australopithèque Lucy grimpait aux arbres, suggère une nouvelle analyse de son squelette.
Marine Corniou 30-11-2016