Publicité
Sciences

Un emballage alimentaire tueur de microbes

08-05-2013

Bientôt, l’industrie alimentaire et les consommateurs canadiens pourront disposer d’emballages alimentaires tueurs de microbe.

C’est ce qu’a annoncé lors du congrès de l’ACFAS de 2013 Sylvain Duquette, professeur au Cégep de Trois-Rivières et directeur de projet chez Innofibre, un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) spécialisé dans la valorisation des résidus forestiers.

L’emballage, en cours de développement, est bioactif et construit à partir de nanocellulose cristalline, un composé naturel issu du bois.  Comme il contient un agent anti-pathogène, si une bactérie entre en contact avec l’emballage, elle est tout de suite neutralisée et n’a donc aucune chance d’atteindre l’aliment.

Les tests menés par Sylvain Duquette avec la bactérie Listeria, responsable de  la listériose, sont concluants. « Le produit protège des contaminations à la Listeria. Le centre travaille à élargir son étude sur les autres bactéries », a indiqué l’ingénieur Sylvain Duquette. En plus de garantir la sécurité, l’innocuité et la durée de conservation des aliments, ce nouvel  emballage serait en outre renouvelable, recyclable et biodégradable. Il n’est cependant pas encore disponible pour le consommateur et sa date de mise sur le marché n’a pas été déterminée.

À terme, Sylvain Duquette et son équipe espèrent développer un emballage beaucoup plus complexe, contenant plusieurs agents antibactériens et luttant efficacement contre plusieurs pathogènes à la fois.

Publicité

À lire aussi

Sciences

Ce que les singes nous ont appris

Pour mieux comprendre l’évolution des sociétés humaines, l’anthropologue Bernard Chapais a choisi l’étude des primates. Et cela bouleverse notre façon de voir le monde.
Sciences

Un nouveau boson?

De nouveaux résultats obtenus au CERN laissent croire à l'existence d'une nouvelle particule.
Marine Corniou 15-12-2015
Les 10 découvertes de 2010

Foresterie: vive la diversité !

L’industrie forestière a toujours cru que le meilleur moyen d’augmenter la productivité des arbres était de reboiser avec une seule espèce, comme l’épinette. Elle avait tout faux.
Catherine Dubé 07-01-2011