Publicité
Sciences

Un timbre techno pour détecter les aliments périmés

12-04-2018

Selon le gouvernement du Canada, au moins 4 millions de personnes souffrent d’une intoxication alimentaire chaque année. C'est au moment de l'emballage et du transport que les produits alimentaires sont les plus susceptibles d'être contaminés par des bactéries. Habituellement, pour confirmer qu’un morceau de viande est contaminé, par exemple, on en prélève un échantillon qui sera ensuite acheminé vers un laboratoire.

Pour détecter plus rapidement la présence de pathogènes et simplifier le processus d’analyse, des ingénieurs et biochimistes ontariens ont fait équipe pour développer un timbre transparent, mince et souple qui est inséré à même l’emballage de l’aliment frais. Celui-ci indique en temps réel lorsque le produit atteint une surpopulation bactérienne et préviendrait ainsi d'éventuelles intoxications alimentaires.

Comment cela fonctionne? Peu coûteux à fabriquer et à imprimer, le timbre contient des molécules réagissant en présence de protéines produites par les bactéries indésirables telles que E.coli, qui vit dans les intestins des animaux et peut contaminer la viande. En cas de surpopulation de pathogènes sur le steak juteux ou dans le carton de lait, les molécules du timbre émettent alors de la fluorescence, une réaction invisible à l’œil nu, mais qui peut être perçue par un logiciel installé sur un téléphone cellulaire sans avoir à déballer le produit. La technologie est efficace pour une période d’environ 14 jours, selon les chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans ACS Nano.

Comme l’explique l’un des auteurs, Tohid Didar, dans une vidéo publiée sur le site de l’université McMaster, «on veut tous être certains que la nourriture que l’on mange est sans danger. Le timbre est une façon simple pour le consommateur de savoir si les aliments sont encore bons».

D’autres applications intéressantes

Pour l’instant, le timbre techno détecte la bactérie pathogène E.coli, mais les chercheurs peuvent aussi en produire d’autres qui signaleraient les contaminations à la salmonelle, par exemple.

Au-delà de la sécurité alimentaire, les chercheurs voient des applications possibles dans le domaine médical pour assurer la stérilité des objets chirurgicaux ou pour indiquer la présence d’infection ou non en l’intégrant à des pansements.

Photo: JD Howell

Publicité

À lire aussi

Sciences

Le papillon Belle-Dame en quatre points

Des Belles-Dames ont envahi par millions le sud du Québec dans les derniers jours. Voici quatre faits intéressants à savoir sur ce papillon migrateur qui fait les manchettes.
Maxime Bilodeau 21-09-2017
Sciences

Le virus Mayaro: un virus émergent dans les Caraïbes?

Après la dengue, le chikungunya et le Zika, une nouvelle maladie transmise par les moustiques émerge en Haïti: le virus Mayaro.
Marine Corniou 22-09-2016
Sciences

Combien pèse un kilo?

La question tracasse la communauté scientifique depuis plusieurs décennies. Mais tout cela est sur le point de changer.
Guillaume Roy 15-02-2018