Publicité
Sciences

Voici à quoi ressemblait Cheddar Man, il y a 10 000 ans

08-02-2018

Photo: Kennis & Kennis Reconstructions © Tom Barnes/Channel 4, Natural History Museum

Mise à jour Les scientifiques impliqués dans la découverte ont émis un bémol! 

Voici Cheddar Man, l’un des premiers Homo sapiens britanniques, qui a vécu il y a 10 000 ans… Son squelette presque complet a été découvert en 1903 dans une grotte des Gorges de Cheddar, dans le sud-ouest du Royaume-Uni. Des scientifiques du Musée d’histoire naturelle de Londres ont pu analyser son ADN, très bien préservé, pour dresser son portrait.

À leur grande surprise, tout indique que cet homme avait la peau sombre, les cheveux noirs, et les yeux bleus.

« Jusqu’à récemment, on pensait que les humains s’étaient adaptés rapidement et avaient acquis une peau pâle après leur arrivée en Europe il y a 45 000 ans, a expliqué dans un communiqué Tom Booth, chercheur postdoctoral qui a mené une partie des analyses génétiques. La peau pâle est plus efficace pour absorber la lumière UV et éviter les carences en vitamine D ».

Les marqueurs génétiques de pigmentation de Cheddar Man sont toutefois similaires à ceux trouvés habituellement en Afrique sub-saharienne. Même s’il ne s’agit que d’un individu, le fait qu’il possède une peau sombre, avec probablement des yeux clairs (bleus ou verts), change la vision que les Britanniques avaient jusqu’ici de leurs ancêtres. Le portrait a été réalisé par deux modélistes néerlandais.

Publicité

À lire aussi

Sciences

L’énigme du réservoir d’Ebola : les moustiques à la rescousse

Où se cache le virus Ebola entre les épidémies? Chauves-souris, singes, cochons : les hypothèses sont nombreuses mais les preuves manquent. Des chercheurs comptent sur les moustiques pour les aider à percer le mystère.
Marine Corniou 13-02-2019
Sciences

Comment date-t-on un fossile d’homininé?

La célèbre datation au carbone 14 n'est souvent d'aucune aide en paléoanthropologie. Comment date-t-on les fossiles d'homininés?
Marine Corniou 15-05-2017
Sciences

Science et fraude : une pression de plus en plus forte

Pour progresser dans leur carrière, les chercheurs doivent publier dans les meilleures revues. Mais la concurrence y est forte. Il devient tentant parfois d'arranger un peu les choses, pour donner plus de "punch" aux résultats de recherche.
Marine Corniou 21-10-2013