Publicité
Société

Le trésor du Titanic

13-04-2012

Le 14 avril 1912, le RMS Titanic vogue vers New York. Parti quatre jours plus tôt de Southampton, au Royaume-Uni, le navire n’atteindra jamais sa destination. Ce soir-là, à 23 h 40, le paquebot heurte un iceberg qui ouvre une série de brèches dans la partie avant de la coque. En trois heures, il s’enfonce vers son destin. Bilan estimé de la tragédie: 1 500 victimes; la plupart meurent d’hypothermie dans les eaux glacées de l’Atlan­tique (-2 °C).

Un siècle plus tard, les restes du paquebot le plus célèbre de l’histoire reposent encore à une profondeur de 3 800 m, à 650 km au sud-est de Terre-Neuve. Ce n’est qu’en 1985 qu’une équipe franco–états-unienne l’a retrouvé. Depuis, une quinzaine d’expéditions ont été mises sur pied pour explorer l’épave qui se désagrège. L’une d’elles a permis au pro­ducteur James Cameron de réaliser, en 1997, le film longtemps le plus lucratif de toute l’histoire du cinéma. Plusieurs autres sont menées plus discrètement par la société RMS Titanic inc., chargée de gérer le site de l’épave et la seule autorisée à en récupérer les objets.

Au cours de ces expéditions, quelque 5 500 pièces ont été retrouvées: de la vaisselle, de la monnaie, des papiers, des vêtements, des instruments de musique et des bibelots. Également, un morceau de la coque du navire pesant 17 tonnes. Tous ces objets seront d’ailleurs vendus aux enchères, à New York, le jour anniversaire du naufrage. Et l’acheteur – l’ensemble sera vendu en un seul lot – devra montrer patte blanche pour prouver qu’il prendra un soin particulier des reliques du paquebot et qu’il continuera à les exposer au bénéfice du public.

Québec Science a interviewé Paul-Henry Nargeolet, un des premiers à avoir plongé sur le site de l’épave lorsqu’il travaillait pour l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer). Maintenant responsable des expéditions chez RMS Titanic inc., il est devenu un véritable expert du site. Il a dirigé la dernière mission, en août 2010.

Lire l’entrevue dans notre numéro de Québec Science d’avril-mai 2012.

Crédit Photo: RMS Titanic Inc.

Publicité

À lire aussi

Société

Un essentiel party de science pour adolescentes

Des initiatives comme « Les filles et les sciences, un duo électrisant! » sont essentielles pour atteindre la parité dans l’univers des sciences et des technologies.
Maxime Bilodeau 23-02-2018
Société

Ces pères qui tuent leurs enfants

Qu’est-ce qui pousse des hommes malheureux à commettre ce crime innommable? Peut-on prévenir de tels drames?
Camil Bouchard 29-06-2011
En partenariat avec l'Université du Québec
Société

Bouillon de culture

Autrefois, les arts n’avaient pas leur place à l’université. Le réseau de l’Université du Québec a renversé la tendance et a ainsi offert un tremplin à de nombreux artistes.
Annie Labrecque 29-03-2018