Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Le mythe de la détox

Propos recueillis par Marie Lambert-Chan - 23/11/2015
On a fait ripaille, on se plaint d’avoir «le foie engorgé» ou «mal au foie». Branle-bas de combat: il faut se débarrasser des toxines accumulées, grâce à des produits naturels ou à des cures proposées sur le Web. Ah oui? Le pharmacien Olivier Bernard – alias le Pharmachien – blogueur à l’affût des affabulations à saveur médicale, nous remet en mémoire certaines notions de base d’anatomie et de physiologie.



Avons-nous raison de vouloir nettoyer notre foie?

L’idée de «détoxifier» le foie vient d’une conception erronée de sa fonction. Les gens perçoivent cet organe comme le filtre d’une piscine qui retient tous les déchets. Or, qu’est-ce qu’on fait si on veut que la piscine reste propre? On nettoie le filtre! L’ennui, c’est que le foie ne fonctionne pas tout à fait de cette manière. Son rôle ne consiste pas tant à retenir les déchets qu’à transformer des molécules en vue de les éliminer.

Pourtant, sur les emballages de produits naturels, on peut lire toutes sortes d’allégations comme «nettoie le foie», «soutient la fonction hépatique», «soulage le foie engorgé».

La réglementation pour les produits naturels est tellement permissive que les compagnies peuvent affirmer ce qu’elles veulent sur les emballages. Parmi les allégations que vous mentionnez, la seule qui soit acceptable d’un point de vue scientifique est le soutien de la fonction hépatique. Cependant, qu’est-ce que cela signifie dans ce cas? Votre fonction hépatique a-t-elle besoin d’être soutenue? Si oui, de quelle façon? Ce genre d’affir­mation peut être attrayante pour des consommateurs, mais elle ne veut malheureusement rien dire.

Quel est l’effet réel des plantes médicinales généralement recommandées pour le foie?

La plupart des herbes médicinales proposées pour supposément soutenir la fonction hépatique, comme le chardon-Marie et l’artichaut, stimulent la production de bile. C’est rarement efficace, excepté chez une personne ayant une production biliaire insuffisante qui lui cause des problèmes de digestion. Mais à ce moment-là, il est question de digestion et non de fonction hépatique. Dans certains cas, ces plantes peuvent même causer du tort. Par exemple, chez un individu aux prises avec des calculs biliaires, stimuler la production de bile risque d’entraîner une surcharge de la vésicule déjà malmenée. Quant aux gens atteints de maladies chroniques du foie, je leur conseille fermement de s’abstenir de consommer ces plantes parce qu’on ignore les effets qu’elles pourraient provoquer chez eux.

Les jus verts sont-ils meilleurs?

Si vous mettez des fruits et des légumes dans un extracteur à jus, vous obtiendrez essentiellement un concentré d’eau sucrée avec des minéraux et des vitamines, sans protéine ni fibre. C’est mieux qu’un jus commercial dans la mesure où on n’y trouve pas de sucre ajouté. Mais en pratique, cela n’aide pas le foie; il s’agit ici de la digestion. C’est sûr qu’une personne qui fait une cure de jus verts après avoir trop mangé se sentira moins ballonnée.

Qu’en est-il des aliments amers, le citron en particulier? Ses vertus curatives pour le foie sont vantées sur le Web.

On a affaire ici à un mélange de croyances. Des idées erronées sont véhiculées au sujet des répercussions de taux d’acidité élevés dans le corps. Par exemple, certains prétendent que l’arthrite est causée par un trop-plein d’acidité, ce qui est faux. Néanmoins, des produits tablent sur cette croyance et prétendent combattre l’acidité. Dans ce discours, le citron est évoqué comme un aliment alcalinisant qui provoque des réactions chimiques et désa­cidifie le corps. Mais ce n’est pas vrai du tout. Que boire de l’eau citronnée puisse avoir un effet quelconque sur l’acidité globale de l’organisme, c’est impensable. Le corps est une machine d’homéostasie, c’est-à-dire qui vise à rester en équilibre. Le pH des liquides corporels est régulé par les reins et les poumons. Si quelqu’un mange des aliments plus acides, aussitôt ces organes s’ajustent pour éliminer l’acidité en trop. Et le foie? Je ne vois pas trop ce qu’il vient faire ici.

Que dire de «l’expulsion hépatique», une méthode consistant à boire une grande quantité d’huile d’olive mélangée à des sels d’Epsom?

Je n’avais jamais entendu cette expression auparavant. Par contre, n’essayez pas ça à la maison! Boire de l’huile est dangereux en raison des risques d’aspiration. Si par malheur une personne s’étouffe en avalant de l’huile, le liquide restera prison­nier de ses bronches et de ses poumons, et une mort rapide peut s’ensuivre. C’est d’ailleurs pour cela qu’on ne recommande plus l’huile minérale comme laxatif.

Alors, détoxifier le foie, c’est inutile?

Tout à fait.


(Photo: Virginie Gosselin)

Afficher tous les textes de cette section