Publicité
Encyclo

De l’air jusqu’à tes protéines

13-05-2016

L'air que tu respires contient quatre fois plus d’azote que d’oxygène. Et ton corps a absolument besoin de cet azote, principalement pour la fabrication de tes protéines et de ton ADN. Pas de chance, contrairement à l’oxygène, cet azote atmosphérique ne peut pas entrer dans ton corps par la respiration. Il doit passer par une série de transformations pour que tu puisses l’assimiler dans ta nourriture!

Dans l’air, les atomes d’azote (N) sont liés en paires par une solide liaison chimique triple, et forment la molécule N2. Seules quelques rares espèces de bactéries présentes dans le sol sont capables de briser cette triple liaison pour faire de l’ammoniac (NH3), puis des ions nitrites (NO2-) et enfin des nitrates (NO3-). Mais ce travail nécessite de l'énergie que les bactéries doivent bien obtenir quelque part! C’est pourquoi on les retrouve en association avec les racines de plantes (surtout des légumineuses). Par cette symbiose, elles fournissent la plante en ions azotés et cette dernière leur offre en retour les glucides riches en énergie qu’elle produit par photosynthèse.

Une fois absorbés par la plante, les ions azotés (nitrites et nitrates) vont servir dans la fabrication des acides aminés, bases des protéines. Puis, les plantes sont mangées par les animaux, qui incorporent à leur tour ces acides aminés pour constituer leurs propres protéines! Et la chaine alimentaire continue jusqu’à toi!

C’est ainsi que l’azote passe de l’atmosphère jusqu’à tes cellules, via les bactéries, les plantes et les animaux. Mais qu’advient-il ensuite de ces précieux atomes d’azote dans ton organisme? Lorsque tu métabolises les protéines animales et végétales que tu manges, tu produis des déchets azotés, au départ sous forme d’ammoniac (NH3). Cette molécule, extrêmement toxique, est immédiatement transformée en urée, un composé moins dangereux que tu élimines dans ton urine. Certains animaux excrètent l’azote directement sous forme d’ammoniac (comme les poissons), moins toxique en milieu aquatique, alors que d’autres le font sous forme d’acide urique, solide, notamment dans les environnements plus pauvres en eau.

Une fois ces déchets azotés excrétés dans le sol, l’urée et l’acide urique peuvent être à nouveau transformés par des bactéries pour redonner de l’azote atmosphérique(N2)qui retourne alors dans l’air. La boucle est bouclée, c’est pourquoi on parle de cycle de l’azote.
 

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Ni chauves, ni souris

Les chauves-souris sont de drôles de bêtes. On les a bien mal nommées : elles ne sont ni chauves, ni souris. Au contraire, leur petit corps est recouvert de fourrure et elles ne sont même pas des rongeurs. Elles appartiennent au groupe des chiroptères, mot inspiré du grec qui signifie « main ailée ».
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

De la farine remplie de protéines… parfois anormales !

Depuis une quinzaine d’années, on entend parler de la maladie de la vache folle. Cette maladie, dont le vrai nom est encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), a fait bien des ravages, surtout en France et en Grande-Bretagne. Les vaches qui en sont atteintes ont des troubles de comportement et manquent de coordination : elles titubent et trébuchent sans contrôle. La principale cause de la contamination serait l’alimentation des bovins : on leur donne de la farine animale !
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Péril en la nature

Espèces menacées, en péril, en voie de disparition... Quelle est la différence entre ces différentes appellations et que font les autorités pour tenter de sauver ces espèces ?
Québec Science 05-05-2017