Publicité
Encyclo

Le fromage: plaisir coupable?

07-04-2019

Que tu sois adepte de la pizza double fromage, du Ficello ou du chèvre chaud, il y a de fortes chances que tu aimes le fromage. Et tu n’es pas le seul : 22 millions de tonnes de fromage sont produites annuellement dans le monde. Au Québec, on produit 223 000 tonnes de fromage par année et on en consomme plus de 12 kg par personne. Meuh oui! Mais le fromage a son petit côté sombre: son empreinte écologique est aussi importante que certaines viandes.

L’impact écologique de la viande est bien connu, mais celui des produits laitiers l’est beaucoup moins. L’élevage des animaux est responsable de 14,5 % des gaz à effet de serre produits par l’activité humaine. De ce pourcentage, environ 81 % proviennent de l’élevage des ruminants :  vaches, chèvres, moutons, et buffles, dont la digestion produit de grandes quantités de méthane, un gaz à effet de serre. Et d’où vient le fromage? Du lait des ruminants!

Le lait, tel quel, a une empreinte carbone assez faible. Par contre, il faut beaucoup de lait pour faire peu de fromage, c’est ce qui alourdit cet aliment en termes environnementaux. Pour un même nombre de grammes, l’empreinte carbone du fromage est supérieure à celle de la viande de porc et de poulet, ou à celle du poisson. Elle est cependant moins élevée que celle de la viande de bœuf ou d’agneau.

Plus un fromage est dur, plus la quantité de lait requise pour sa fabrication est élevée et plus son impact est grand. Le très populaire cheddar est donc l’un des grands coupables. Viennent ensuite la mozzarella (traditionnellement faite de lait de buffle), le fromage de chèvre, l’emmental et le camembert. Assez loin derrière, on retrouve le fromage à la crème et le fromage cottage.

L’équilibre entre le plaisir, la nutrition et l’écologie n’est certes pas une question facile, mais tu peux faire des choix éclairés et, surtout, essayer de ne pas trop ruminer le problème…

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Une tout autre réalité

En principe, les mots « réalité » et « virtuelle » vont quand même assez bien ensemble. La réalité désigne tout ce qui existe vraiment, alors que la virtualité concerne ce qui peut exister, mais qui n’existe pas.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Ni chauves, ni souris

Les chauves-souris sont de drôles de bêtes. On les a bien mal nommées : elles ne sont ni chauves, ni souris. Au contraire, leur petit corps est recouvert de fourrure et elles ne sont même pas des rongeurs. Elles appartiennent au groupe des chiroptères, mot inspiré du grec qui signifie « main ailée ».
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Attention, chutes de neige !

Les sports d’hiver, une réelle partie de plaisir ! Ces activités comportent toutefois des risques lorsqu’elles ne sont pas pratiquées sérieusement. Chaque année, skieurs ou randonneurs se font surprendre par des avalanches !
Québec Science 20-03-2015