Publicité
Encyclo

Les dauphins sous toutes les coutures

08-01-2016

Ils peuvent se nourrir sous l’eau, ce que nous serions incapables de faire sans boire la tasse ! Ils sont aussi de véritables champions de plongée en apnée, maximum 15 minutes ce qui bat largement notre record du monde. Les dauphins sont des animaux intrigants pour encore bien d’autres raisons !

Avant d’être des mammifères marins, l’ancêtre commun le plus lointain des dauphins vivait sur la terre ferme, il y a plus de 60 millions d’années. Le mesonyx, qui ressemblait d’ailleurs davantage à un loup, cohabitait probablement avec les dinosaures. La compétition pour se nourrir était rude à cette époque et c’est pour cela qu’il se serait tourné vers la mer, ce qui en passant l’aurait sauvé du cataclysme responsable de l’extinction des dinosaures. Oreilles, pelage et pattes arrière freinant leur progression dans l’eau ont progressivement disparu tandis que les pattes avant se sont atrophiées pour devenir les nageoires mieux adapter à leur nouvel environnement. D’ailleurs si tu observes leur anatomie, tu retrouveras les mêmes os que chez nous, omoplates, humérus, radius…

La famille des delphinidés comprend une trentaine d’espèces très différentes. Ils peuvent mesurer de 1 mètre pour les dauphins du Chili jusqu’à 8 mètres pour les orques ! Mais, les dauphins ont aussi de nombreux points communs comme des systèmes respiratoire et de communication étonnants.

Les dauphins possèdent des poumons, mais à la différence des humains ils ne respirent pas par la bouche ou le nez, mais par un petit orifice de 5 cm de diamètre situé au-dessus de leur tête, l’évent. À chaque inspiration, 90 % de l’air de leurs poumons est renouvelé (contre environ 15 % chez l’humain) ce qui fait d’eux d’excellents apnéistes. Les dauphins possèdent aussi deux fois plus de globules rouges que nous, permettant une meilleure alimentation des cellules en oxygène. La myoglobine, une protéine présente aussi chez l’homme, a un rôle important en stockant l’oxygène dans les muscles. Le cœur et le cerveau peuvent alors être irrigués en priorité. Si les dauphins sont capables de manger sous l’eau, c’est parce que le « tuyau » pour respirer (la trachée) et celui pour manger (l’œsophage) sont totalement séparés. Ainsi lorsque ceux-ci ouvrent la bouche pour gober un poisson, l’eau ne peut pas pénétrer dans les poumons. Astucieux !

Bien que les dauphins aient une bonne vue, ils disposent d’un autre moyen pour « voir », l’écholocation. Sous leur front bombé que l'on appelle le melon se trouve un sonar. Ces petits sacs émettent des sons qui en rencontrant un obstacle sont réfléchis jusqu’à leur oreille interne. L’information est ensuite transmise au cerveau pour fabriquer une image acoustique. Ce système est très performant et leur permet même de différencier un poisson vivant d’un mort. Les individus semblent communiquer entre eux par des sifflements, des sortes de prénoms, mais cela reste encore bien mystérieux.

Sur le même sujet :

Comment les dauphins font-ils pour dormir puisqu’ils ont besoin de respirer ?
Les animaux peuvent-ils penser, vu qu'ils n'ont pas le don de la parole ?

Notre portrait du métier d'éthologue
 

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Un goût qui se sent

Si tu peux apprécier le goût simple mais efficace de la poutine, c’est en bonne partie à cause de ta langue. Cette dernière est couverte de milliers de minuscules « boutons » appelés papilles gustatives. Ce sont des capteurs chimiques, c’est-à-dire des cellules spécialisées pour envoyer un signal nerveux au cerveau lorsqu’elles sont en présence d’une molécule particulière.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Le moteur d’une grande révolution

Les moteurs rendent de bien grands services à l’être humain. Ils font fonctionner les voitures, les avions, les trains... Mais leur utilisation ne s’arrête pas aux moyens de transport. Les moteurs actionnent des machines industrielles, des appareils électroménagers et même des montres à aiguilles !
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Un air de famille

L’un a les yeux bleus tandis que l’autre a les yeux presque noirs. Celle-ci ressemble à son père, mais celui-là a les cheveux frisés de sa mère. Et l’autre là-bas, c’est le portrait tout craché de son grand-père ! Ce n’est pas le hasard qui détermine à qui l’on ressemble. Tout est une question de chromosomes, de gènes et d’ADN.
Québec Science 09-05-2014