Publicité
Encyclo

Les orbites : de grandes routes spatiales

08-05-2014

T’es-tu déjà demandé pourquoi notre planète suivait le même chemin année après année ? Elle pourrait tout aussi bien décider d’explorer l’Univers pour découvrir des lieux inconnus, non ? Heureusement, ça ne fonctionne pas comme ça. Les astres de notre système solaire sont forcés de suivre des trajectoires bien établies que l’on nomme orbites.

Pourquoi ? Elles sont retenues par la force gravitationnelle exercée par le Soleil. Pour cette raison, elles tournent autour de ce dernier en décrivant un cercle plus ou moins parfait. Ce cercle est appelé l’orbite d’une planète. Sa forme est surtout déterminée par la vitesse de l’astre.

Les orbites peuvent être de forme elliptique, parabolique ou hyperbolique. Les planètes du système solaire suivent des orbites elliptiques, c’est-à-dire de formes ovales plus ou moins allongées.

Avec la conquête de l’espace, la connaissance des orbites est devenue très importante. Plusieurs sondes spatiales et satellites artificiels sont envoyés dans l’espace. Pour les empêcher de nous échapper, il faut leur assigner une orbite. Et cette orbite ne peut être calculée à la légère. Plusieurs facteurs doivent être étudiés avec précision : vitesse, orientation, position… La moindre erreur et c’est la catastrophe !

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Bactéries : nous sommes envahis !

Les bactéries du corps humain s’organisent en quatre groupes distincts selon leur localisation : sur ta peau, dans ton tube digestif et ta bouche, dans tes voies respiratoires et dans tes voies génitales (surtout chez la femme).
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Une poussée herculéenne !

Certains objets, les bateaux par exemple, sont relativement lourds et flottent tout de même. Le principe d’Archimède — du nom d’un savant grec du IIIe siècle avant notre ère — explique bien ce phénomène.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Quand le cerveau devient accro

Tabac, alcool, cocaïne… Quel point toutes ces substances ont-elles en commun ? Elles créent des dépendances en augmentant dans notre cerveau la quantité disponible d’hormone du plaisir, la dopamine.
Québec Science 19-05-2015