Publicité
Encyclo

Marie Curie : du hangar au Nobel !

08-05-2014

Dans un sombre laboratoire parisien ressemblant plus à un hangar qu’à un centre de recherche, une étrange lumière provenant d’un sel d’uranium laisse une trace sur une plaque photographique… Maria Sklodowska, mieux connue sous le nom de Marie Curie (1867-1934), et son époux Pierre Curie travaillent jour et nuit pour comprendre le phénomène. C’est qu’il faut être déterminé pour filtrer des tonnes de minerais dans un endroit où l’on se gèle les orteils en plein hiver !

À force de persévérance, les deux scientifiques découvrent d’autres substances qui émettent les mêmes rayons mystérieux : le polonium et le radium. Marie Curie inventera alors le mot « radioactif » pour décrire ces éléments qui produisent une lumière extrêmement énergétique en se désintégrant.

En 1903, les efforts de Marie et Pierre sont récompensés : on leur remet le prix Nobel de physique conjointement avec Henri Becquerel, le découvreur original de la radioactivité. Les travaux du couple sont suffisamment importants pour que Pierre soit admis à l’Académie des sciences… mais pas Marie ! Les scientifiques de l’époque étaient très sexistes ! Comble de malheur, Pierre Curie décède accidentellement en 1906. Tant pis, Marie Curie poursuit leurs expériences et, en 1911, elle reçoit seule le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur les propriétés du radium. Elle devient alors la première personne de quatre à obtenir deux prix Nobel !

Pense -y : grâce à l’acharnement de Marie Curie à comprendre les rayonnements radioactifs, on peut aujourd’hui traiter plusieurs cancers, connaître l’âge de roches très anciennes et étudier notre code génétique ! Évidemment, la radioactivité comporte des risques. À hautes doses, les rayons radioactifs sont nocifs pour la santé. D’ailleurs, Marie Curie décède en 1934 d’un cancer probablement causé par une trop grande exposition à la radioactivité. Il y a toujours deux côtés à une médaille… Même une médaille de Nobel !

Sur le même sujet :

Notre portrait du métier de chercheur en chimie théorique
Notre portrait du métier d’ingénieur nucléaire
Notre portrait du métier de professeur-chercheur en chimie
Notre portrait du métier de technologue en radiologie

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Un gaz très irritant

Une pression rapide sur la détente. « Pschitt ». Un coup de torchon pour effacer les traces. Ça y est ! La vitre est propre ! Si chez toi tu peux te débarrasser du nettoyage des fenêtres aussi rapidement, c’est en grande partie à cause de l’ammoniac contenu dans le fameux liquide bleu de ton vaporisateur.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Les conservateurs alimentaires

As-tu déjà remarqué qu’un gâteau commercial ne se gâte pas aussi vite que son équivalent « fait maison » ? L’emballage n’est pas la seule astuce en cause. En regardant la liste des ingrédients, tu remarqueras des substances aux noms parfois étranges...
Québec Science 08-11-2019
Encyclo

Laisser moins de traces

Recycler, utiliser des appareils éco-énergétique, utiliser des voitures électriques... Tous ces changements qu'on nous encourage à adopter seraient loin d'être les plus efficaces pour combattre les changements climatiques. Certains choix plus drastiques pourraient l'être beaucoup plus.
Québec Science 13-07-2017