Publicité
Encyclo

Pourquoi la science est-elle fiable ? (2/3)

27-02-2019

Photo: Sarah Pflug @ Burst

On ne fait pas de la science n’importe comment (voir premier texte). Mais une fois la recherche terminée et les résultats obtenus, on ne les diffuse pas n’importe comment non plus.

Car c’est bien beau d’avoir une méthode scientifique, encore faut-il que les scientifiques l’appliquent. Comment s’en assurer? Eh bien, depuis déjà longtemps, les chercheurs se surveillent entre eux en révisant les travaux les uns des autres.

Il faut savoir que les découvertes, pour être diffusées à grande échelle, sont publiées dans des revues scientifiques. Ici, il ne s’agit pas des magazines de science que tu peux trouver au dépanneur du coin, mais de publications très officielles qui représentent en quelque sorte l’approbation de la communauté scientifique comme quoi les travaux qui y sont publiés ont bien été faits dans les règles de l’art. Certaines de ces revues sont très connues et très prestigieuses, comme Nature et Science. Mais il en existe des milliers d’autres, habituellement très spécialisées dans des domaines scientifiques pointus.

Lorsqu’une chercheuse ou un chercheur obtient des résultats de recherche, elle/il doit rédiger un article scientifique très fourni et le proposer à une de ces revues. Là, l’équipe d’édition fait une première lecture et, si elle considère l’article valable, elle l’envoie à quelques chercheurs spécialisés dans le domaine concerné par l’article. Ceux-ci, incognito, le relisent attentivement afin de repérer les failles possibles dans la démarche scientifique ou dans l’article lui-même. Au final, ils peuvent soit suggérer de rejeter l’article si son niveau est insuffisant, de l’accepter, ou de l’accepter à condition que des changements soient apportés.

Ce processus de révision par les pairs est à la base de la diffusion moderne des savoirs scientifiques. C’est ainsi que la communauté scientifique peut avoir confiance en ce qui se publie. Lorsqu’un article finit par aboutir dans les pages d’une de ces revues (ce qui peut prendre plusieurs mois), on sait qu’il est passé par un processus de surveillance rigoureux qui tente de garantir que les exigences de la méthode scientifique ont été respectées.

Mais ces articles, très factuels, très arides, ne sont pas des plus intéressants à lire. Heureusement, il y a les journalistes scientifiques pour les lire et les rendre intéressants pour le grand public, par exemple dans des magazines comme Québec Science.

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Antibiotiques contre bactéries

Le mot « antibiotique » signifie « destructeur d’êtres vivants », car ils s’attaquent aux bactéries. Ils ont une action directe sur les micro-organismes qui s’en prennent au corps humain : ils peuvent les tuer ou ralentir leur croissance en s’attaquant à des éléments précis de leur structure.
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Les dauphins sous toutes les coutures

Véritables champions de plongée en apnée, excellents nageurs, bons communicateurs, les dauphins nous fascinent pour encore bien d'autres raisons !
Québec Science 08-01-2016
Encyclo

Plus que de simples livres

Tu as sûrement déjà visité de nombreux sites Web. Tu te connectes à Internet, tu tapes une adresse et le tour est joué ! Apparaît alors un écran qui contient différentes informations, des images, des animations, etc. C’est ce qu’on appelle une page Web.
Québec Science 08-05-2014