Publicité
Espace

Solar Orbiter, en route vers le Soleil et ses tempêtes

La sonde Solar Orbiter est en route pour observer le Soleil et les vents solaires.
10-02-2020

Décollage réussi pour la sonde Solar Orbiter, qui a quitté Cap Canaveral le 10 février à bord d’une fusée Atlas V pour une mission d’au moins 7 ans. Destination : le Soleil, autour duquel elle se mettra en orbite d’ici 2 ans.

Cette sonde, projet commun entre l’Agence spatiale européenne (ESA) et la NASA, est constituée d’un satellite qui s’approchera à une distance de 42 milliards de km du Soleil et observera à la fois la surface (dans le visible, l’ultraviolet et les rayons X) et le gaz ionisé qui est éjecté du Soleil. Son but : mieux comprendre comment sont générés ces vents solaires, des flux d’ions et d’électrons qui peuvent atteindre 800 km/s.

La sonde Solar Orbiter travaillera de concert avec Parker Solar Probe, une sonde lancée en 2018 pour étudier la couronne solaire. Elles pourront prendre des données des mêmes régions en simultané, et se coordonner pour s’adapter en temps réel à l’activité solaire.

Mais Solar Orbiter devrait observer le Soleil sous de nouveaux angles, grâce à des élans gravitationnels (elle contournera Vénus à plusieurs reprises) lui permettant de s’écarter du plan de l’écliptique, c’est-à-dire celui de l’orbite de la Terre. Elle captera ainsi des vues des pôles Nord et Sud de l’astre.

Pour résister aux températures extrêmes, les 10 instruments de Solar Orbiter sont protégés par un bouclier thermique constitué de phosphate de calcium, une poudre semblable au charbon de bois. L’ESA a utilisé les mêmes mesures de protection que pour sa sonde BepiColombo, qui se dirige actuellement vers Mercure et qui se placera à la même distance de notre étoile que Solar Orbiter.

Mieux comprendre l’origine et la formation des vents solaires est un défi pour les scientifiques, qui espèrent pouvoir ainsi prédire les tempêtes solaires. Celles-ci peuvent affecter les satellites de télécommunications ou les lignes électriques à haute tension et restent hautement imprévisibles.

Image: Sonde: ESA/ATG medialab; Soleil: NASA/SDO/ P. Testa (CfA)

Publicité

À lire aussi

Espace

Fusion de galaxies: les astronomes observent des trous noirs juste avant leur collision

Des astronomes de l’université du Maryland ont assisté au spectacle grandiose de la fusion de plusieurs galaxies et de leurs trous noirs centraux.
Marine Corniou 05-12-2018
Espace

Astronautes recherchés

Le processus de recrutement des astronautes canadiens est en cours. Voyez à quoi ressemble la sélection...
Espace

Autant de planètes que d’étoiles

Notre galaxie, la Voie lactée, compterait environ 200 milliards de planètes! Au moins autant que d'étoiles!
Marine Corniou 01-03-2012