Publicité
Santé

Cancer: où en est la recherche au Québec?

16-05-2019

Maxime Dumais, directeur par intérim d’Oncopole a Montreal. Photo: Valerian Mazataud

Première cause de mortalité dans la province, le cancer donne du fil à retordre aux chercheurs. Comment font-ils front vaincre ce tueur?

De consortiums en réseaux, les chercheurs et les médecins s’organisent pour suivre le rythme et rester à l’avant-garde des traitements innovants. C’est dans ce contexte que l’Oncopole a vu le jour en 2017, pour accélérer la lutte contre le cancer et faire du Québec un pôle d’excellence dans le domaine. Nous avons rencontré Maxime Dumais, directeur par intérim de l’Oncopole, pour obtenir un état des lieux sur un sujet qui mobilise 98 équipes médicales spécialisées dans 11 établissements et près de 1 000 chercheurs.

***

Québec Science: On parle encore du cancer. Cela a-t-il un sens aux yeux des chercheurs?
Maxime Dumais: C’est important de rappeler que le cancer, ce n’est pas une seule maladie. Il y a plus d’une centaine de cancers. D’un cancer à l’autre, il peut s’agir de maladies très différentes. Rien que pour le cancer du sein, plus d’une dizaine de sous-groupes sont à considérer. Le stade d’évolution aussi est important. Quand on annonce aux gens qu’ils ont un cancer, ils pensent souvent au pire, et on peut les comprendre, mais l’échelle de gravité est en fait très variée.

QS A-t-on plus de chances de survivre à un cancer aujourd’hui qu’il y a 20 ans?
MD Sans aucun doute. Il y a eu beaucoup de progrès grâce aux avancées de la recherche et à de meilleurs diagnostics. Pour mesurer l’évolution, on utilise généralement le taux de survie à cinq ans, c’est-à-dire le nombre de personnes encore en vie cinq ans après le diagnostic.
Ce taux augmente pour à peu près tous les cancers. Pour certaines leucémies, il y a eu une amélioration de 30 à 40 % dans les 20 dernières années. Quant au cancer du sein, le taux de mortalité a diminué de 43 % depuis 1986. Hélas, il y a des cancers pour lesquels les progrès ont été moins marqués. Le cancer du pancréas reste difficile à traiter. Pour ceux du foie et des ovaires, on détecte souvent la maladie une fois qu’elle est très avancée.

QS Le cancer reste tout de même la principale cause de décès au Québec et la deuxième dans le monde, talonnant de près les maladies cardiovasculaires et chroniques.
MD  En effet, il y a environ 50 000 nouveaux cas de cancer par an au Québec. Environ une personne sur deux sera atteinte du cancer au cours de sa vie et la moitié en décédera. La Société canadienne du cancer et Statistique Canada sortent chaque année des statistiques sur le cancer et estiment que, d’ici 2032, le nombre de cas va doubler, principalement à cause du vieillissement de la population.

QS Il se fait beaucoup de recherche en oncologie et les nouveaux traitements se multiplient. Comment ont évolué nos connaissances sur le sujet?
MD Avant, on faisait une biopsie ou une analyse pathologique, on regardait la morphologie des cellules, on établissait un stade, etc. Aujourd’hui, ces examens sont encore valables, mais on a acquis une meilleure connaissance de la maladie et l’on sait que, d’un point de vue génomique, les tumeurs sont très différentes d’un patient à l’autre. Ainsi, certains médicaments fonctionnent sur des sous-groupes bien précis de patients et l’on dispose de plus en plus de tests qui permettent de prescrire des traitements adaptés en fonction du type de tumeur. Le but de la génomique est d’administrer le bon traitement au bon patient et au bon moment.

On comprend également mieux le lien entre la cellule cancéreuse et son microenvironnement, l’importance de l’épigénétique et du système immunitaire. On est donc à la veille de changements majeurs, avec l’arrivée de traitements qui capitalisent sur ces connaissances. L’immunothérapie en est un bon exemple: grâce à cette nouvelle approche, on obtient des guérisons pour des cancers qui étaient incurables [voir «La vague d’espoir de l’immunothérapie»].

QS Est-ce que les thérapies innovantes rendent les traitements «traditionnels» obsolètes?
MD Non. Pour plusieurs cancers solides [NDLR: des tumeurs localisées, contrairement aux cancers des cellules sanguines, comme les leucémies], la chirurgie reste souvent la façon la plus efficace d’enlever le maximum de cellules cancéreuses. Quant à la chimiothérapie et à la radiothérapie, elles demeurent souvent au cœur de la prise en charge, et elles s’améliorent elles aussi. Il y a notamment beaucoup d’essais cliniques portant sur des protocoles de radiothérapie ou sur des chimiothérapies par voie orale plutôt que par intraveineuse à l’hôpital. La progression du taux de survie ces dernières années est d’ailleurs surtout attribuable aux traitements classiques parce qu’on ne mesure pas encore l’effet des nouveaux traitements sur le taux de survie.

QS Comment le Québec se classe-t-il pour ce qui est de la recherche sur le cancer?
MD Le nombre de publications scientifiques [par 100 000 habitants] est plus élevé ici que la moyenne mondiale ou américaine. La qualité des productions scientifiques est également meilleure que la moyenne canadienne.

QS Au Royaume-Uni, 95 % des patients atteints d’une leucémie participent à des essais cliniques; au Canada, c’est moins de 5 % des patients. Pourquoi?
MD On accuse assurément du retard à ce sujet, on peut faire beaucoup mieux, et des groupes comme Q-CROC [NDLR: un organisme à but non lucratif qui coordonne un réseau de recherche clinique sur le cancer] se penchent justement sur cette question.

Il y a parfois un manque de communication: des patients souhaitent prendre part à des essais cliniques, tandis que des promoteurs ou des chercheurs tentent de recruter des patients, mais ils ne se trouvent pas. Par ailleurs, certains centres hospitaliers ne sont pas disposés à proposer des essais cliniques: un médecin en région n’a pas forcément le temps ou les outils pour implanter un protocole de recherche, contrairement aux grands centres, qui peuvent compter sur des équipes surspécialisées. Utiliser davantage la télésanté pour inclure les centres régionaux pourrait être une avenue.

Mais la solution passe aussi par la sensibilisation des patients: ils doivent comprendre qu’ils ne sont pas des cobayes. Contrairement à ce que pense souvent le public, la recherche clinique n’est pas forcément synonyme de profit pour les grandes compagnies pharmaceutiques! Il y a des études qui combinent divers traitements existants ou qui cherchent à comprendre si la chimiothérapie avant une chirurgie est avantageuse. Personne ne gagne d’argent avec ça; il faut donc déconstruire ces mythes et rappeler aux patients que, dans les centres hospitaliers où il se fait de la recherche clinique, ils bénéficient des meilleures pratiques de soins.

QS Quels sont les buts de l’Oncopole?
MD L’objectif est de faire du Québec un pôle d’excellence de la recherche en oncologie, de favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation ainsi que de faciliter la collaboration entre le milieu universitaire et l’industrie. Cela a été établi après une cinquantaine de rencontres avec des chercheurs, des représentants de patients et des gens de l’industrie. On est financés par la compagnie pharmaceutique Merck et soutenus par le Fonds de recherche du Québec Santé (FRQS). En bref, l’Oncopole veut fédérer la recherche.

QS Concrètement, sur quoi mettez-vous vos efforts?
MD On a mentionné la promesse de la génomique: on produit plus de données par jour qu’on en a créé pendant 2 000 ans… Mais il y a un manque criant de bio-informaticiens. On s’est donc associés au FRQS pour rendre les bourses de doctorat en bio-informatique plus attrayantes.

Autre exemple: celui des biobanques, où sont stockées des cellules tumorales prélevées sur les patients. Tout le monde s’en sert, mais l’infrastructure est lourde. L’Oncopole finance des projets qui visent à optimiser la mise en banque, l’uniformisation des méthodes, l’association avec les données des patients.

L’Oncopole est donc un facilitateur. On veut désormais se rapprocher des entreprises de biotechnologie, de l’industrie, pour apporter un dynamisme économique à la recherche sur le cancer, pour que cette maladie ne soit pas juste un fardeau économique. Cela va forcément aider les soins.

QS N’oublie-t-on pas la prévention? On sait que 40 % des cancers dans le monde sont évitables.
MD En matière de prévention, on peut toujours mettre plus d’efforts. Mais le discours sur les meilleures habitudes de vie est le même pour prévenir la plupart des maladies. Depuis qu’on est petit, on entend qu’il faut manger plus de fruits, faire davantage d’exercice… Je ne sais pas comment la communauté de l’oncologie peut accentuer ce message, même si la recherche peut aider à comprendre quelles sont les campagnes susceptibles d’avoir le plus d’influence.

Une portion importante du financement de la recherche clinique provient des compagnies privées et c’est un fait qu’elle porte davantage sur les médicaments que sur les habitudes de vie.

QS Le dépistage précoce est un facteur clé pour réduire la mortalité. Y a-t-il beaucoup de travaux sur ce sujet?
MD Les avantages du dépistage précoce, comme la mammographie ou le test du PSA pour le cancer de la prostate, sont parfois mis en doute. Le risque est d’avoir des faux positifs, c’est-à-dire des gens qui subiront des biopsies ou vivront de l’anxiété pour rien.

Il reste donc du travail à faire pour avoir des tests plus fiables. On cherche aussi des indicateurs pour identifier les patients les plus à risque de récidive, comme des cellules tumorales circulant dans le sang.

QS Le patient est-il au cœur de la recherche?
MD Avant on soignait une tumeur, maintenant on prend en compte les enjeux psychosociaux, les problèmes liés au traitement, les effets sur la sexualité, sur la fertilité… Un cadre pancanadien de recherche sur la survie au cancer a été mis en place en 2017 pour que davantage d’attention soit accordée à la période qui suit la fin des traitements en ce qui concerne les droits des patients, la pratique clinique et la recherche. Il existe aussi des programmes de patient-partenaire, dans lesquels le patient joue un rôle plus important dans les décisions à prendre. La place allouée au patient est en train de changer énormément.

Publicité

À lire aussi

Santé

Effets des écrans: que dit la science?

Nous avons revu les différentes études pour vérifier ce que l'on sait et ce dont on se doute sur les effets des écrans sur le corps et le cerveau des enfants.
Marine Corniou 28-03-2019
Santé

Au bonheur des curieux

Les gens curieux sont plus heureux, en meilleure santé et plus intelligents que les autres. La curiosité est-elle aussi un facteur de réussite scolaire ?
Catherine Dubé 29-09-2010
Santé

VIH : viser la rémission

Le virus du sida défie le monde de la recherche depuis plus de trois décennies. Voici le bilan de l’Alliance francophone des acteurs de santé contre le VIH.
Boureima Sanga 14-05-2014