Publicité
Santé

Comment décoincer un nerf sciatique?

17-05-2018

Les nerfs sciatiques sont les plus gros et les plus longs du corps humain; pas surprenant qu’ils soient ceux qui « coincent » le plus souvent.

Rassurez-vous, vos nerfs sciatiques, au nombre de deux,  ne sont pas véritablement coincés, mais plutôt irrités. S’ils l’étaient, vous ne poseriez pas la question – et prendriez plutôt le chemin de l’urgence.

La douleur ressentie lors d’une sciatalgie reflète cette réalité anatomique : les engourdissements se font sentir dans le bas du dos, ainsi que d’un côté du corps dans la fesse, la cuisse et parfois jusque dans le pied. Pour comprendre comment il se bloque, il faut toutefois remonter aux origines du nerf, à la fin des vertèbres lombaires et au début de celles du sacrum.

Deux causes

« L’irritation du nerf sciatique est souvent due à une hernie discale ou à l’arthrose », confirme Martin Descarreaux, professeur au département des sciences de l’activité physique de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Dans le premier cas, la répétition de certains efforts physiques et de positions inadéquates sur plusieurs années est la principale cause du débordement du disque intervertébral en dehors de son socle, ce qui presse légèrement sur le nerf. « On parle de mouvements en fin de flexion, de rotation et de flexion latérale du rachis, souvent en situation de soulèvement de charge », explique l’expert en lombalgies. Quelqu’un a dit « déménagement » ?

Dans le cas de l’arthrose, de petites protrusions osseuses se forment au niveau des trous de conjugaisons, d’où émergent les racines des nerfs. Avec le vieillissement, c’est un phénomène tout à fait normal et contre lequel on ne peut pas grand-chose. Sauf apprendre à vivre avec.

Un mal qui passe

La bonne nouvelle, c’est que plus de 60 % des hernies discales se résorbent d’elles-mêmes, sans qu’on lève le petit doigt. La mauvaise, c’est que les interventions conservatrices, comme les thérapies manuelles, la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les exercices thérapeutiques, ne font qu’atténuer les symptômes de la sciatalgie, sans régler le problème.

« Il faut partir de l’idée que cela est réversible. Ce qu’on veut éviter, c’est que la douleur s’amplifie, un scénario synonyme d’interventions plus lourdes comme la chirurgie », affirme Martin Descarreaux.

Avis aux zélés : il semble qu’une combinaison de diverses interventions soit légèrement plus efficace que d’opter pour une seule.

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Caries: Les racines du mal

Depuis la nuit des temps, les caries nous pourrissent les incisives, canines et molaires! Pourquoi? Comment? La réponse vient des archéologues.
En partenariat avec l'Université du Québec
Santé

Le dopage, d’hier à aujourd’hui

Le monde du sport est gangrené par le dopage, et ce malgré l'émergence de méthodes de dépistage sophistiquées dans les dernières décennies. Retour historique sur une lutte sans trêve.
Maxime Bilodeau 15-11-2018
Santé

Organes recherchés

Au Québec, près de 1300 personnes attendent un rein, un cœur, un foie, un poumon ou un pancréas. À peine le tiers d’entre elles seront opérées dans l’année, et 50 mourront après avoir patienté en vain. Pourtant, 90% des Québécois se disent prêts à donner leurs organes après leur mort. Qu’est-ce qui cloche?
Pascale Millot 23-11-2012