Publicité
Santé

L’exposition de souris mâles à la nicotine affecte leurs descendants

17-10-2018

Des chercheurs rapportent les effets négatifs de la nicotine sur les générations suivantes.

« La consommation de tabac pendant la grossesse reçoit beaucoup d’attention, car elle compromet la santé des générations futures. Il y a plus d’hommes fumeurs que de femmes et pourtant, l’impact de la nicotine consommée par les hommes sur leur descendance n’a pas été très étudié ». C’est en ces termes que les chercheurs de la Florida State University introduisent leurs travaux, publiés dans la revue PLOS Biology.

Décidés à mieux comprendre l’effet du tabagisme des pères sur leurs enfants, ils viennent de démontrer que l’exposition de souris mâles à la nicotine (diluée dans de l’eau) a des répercussions sur le comportement de leurs souriceaux, mais aussi sur la génération suivante! Certes, il s’agit d’un modèle animal, mais les résultats sont éloquents.

Les bébés souris (quel que soit leur sexe) nés de ces mâles avaient une activité locomotrice accrue et des déficits d’apprentissage. Les mâles présentaient également des déficits d’attention et de certaines substances dans le cerveau (notamment une baisse de l’expression de récepteurs à la dopamine).

Là où les choses deviennent plus surprenantes, c’est que ces souris, qui n’ont pas été exposées à la nicotine, ont à leur tour donné naissance à des mâles ayant des troubles d’apprentissage. Autrement dit, l’impact de la nicotine s’est fait sentir sur deux générations.

L’analyse des marques épigénétiques, ces marques qui se fixent sur l’ADN et régulent l’expression des gènes, a montré que les spermatozoïdes des mâles exposés à la nicotine présentaient des anomalies (de méthylation). Plus précisément, le gène du récepteur à la dopamine était directement affecté par la consommation de nicotine. Ce mécanisme paraît « plausible » pour expliquer les changements de comportement observés dans les générations suivantes, selon les chercheurs.

Ce n’est pas la première fois qu’une étude rapporte la persistance des effets d’une substance toxique ou d’un traumatisme sur plusieurs générations. Nous en parlions ici: Le mode de vie de nos grands-parents est-il inscrit dans nos cellules?

Pour en savoir plus sur l’épigénétique et la grossesse, lire le reportage Et si l’avenir de chacun se jouait dans l’utérus?

Publicité

À lire aussi

Santé

Le condom invisible fait à Québec

Le Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval a mis au point un gel vaginal baptisé le « condom invisible ».
Marine Corniou 16-02-2017
Santé

La fabrique des fous

Le philosophe Jean-Claude St-Onge dénonce avec fougue, dans un livre-choc, la collusion entre la bio-psychiatrie et l’industrie pharma­ceutique. Selon lui, derrière l’épidémie des troubles de santé mentale se cache un business éhonté.
Québec Science 22-05-2013
Santé

COVID-19: faudra-t-il se méfier des moustiques ?

Certains virus ont évolué pour être propagés par les morsures d’insectes, par exemple en étant capables de se reproduire dans les glandes salivaires de certaines espèces de moustiques, mais ce n’est absolument pas le cas de la COVID-19.