Publicité
Santé

Insomnie: Comment mieux dormir?

17-05-2018

Illustration: Iris Boudreau

Vous n’êtes sûrement pas seul(e) à vous le demander. Selon les résultats de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) pour la période allant de 2007 à 2013, 43 % des hommes et 55 % des femmes de 18 à 64 ans ont déclaré avoir de la difficulté à trouver le sommeil ou à rester endormis.

Comme dans plusieurs sociétés occidentales, un sommeil de courte durée et de piètre qualité est relativement fréquent. En effet, environ le tiers des personnes interrogées dormaient moins que le nombre recommandé d’heures, soit entre sept à neuf heures, peut-on lire dans le document.

Cette carence ne devrait pourtant pas être sous-estimée. Le manque de repos est associé à un plus faible système immunitaire, une mémoire moins efficace et une hausse des risques d’obésité et de diabète, entre autres. Dormir, c’est du sérieux !

Selon Mélanie Vendette, neuropsychologue clinicienne à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, on peut améliorer la qualité du sommeil en instaurant une routine avant d’aller au lit et en effectuant quelques changements à ses habitudes de vie. « Il faut éviter les activités physiques intenses ou le bain chaud trop près de l’heure du coucher. Cela stimule notre métabolisme et élève la température du corps, un état physiologique qui n’est pas favorable au sommeil. En soirée, on privilégie plutôt des activités calmes ou de relaxation », explique-t-elle. La même routine, quant à elle, aide et conditionne le cerveau, qui se prépare au dodo.

Se tenir loin des écrans

Ordinateur, tablette et cellulaire sont les ennemis de Morphée. La lumière bleutée provenant de l’écran inhibe la production de mélatonine, l’hormone du sommeil, au niveau du cerveau. « On ferme ces appareils au moins une heure avant le coucher », suggère Mélanie Vendette. Elle recommande même de laisser le cellulaire dans une autre pièce que la chambre.

Insomnie

« Le phénomène d’insomnie est exacerbé par l’anxiété. Il est important d’évacuer le stress pendant la journée, car, lorsqu’on est dans le lit, le cerveau a le temps de penser et reste ainsi actif », signale Mélanie Vendette. Comment dompter votre cerveau? La neuropsychologue propose des techniques de relaxation (comme celles de Jacobson ou de Schultz) pour chasser les préoccupations et de suivre un horaire de sommeil constant. « Si l’heure du coucher varie beaucoup, on risque d’avoir un sommeil plus fragile », dit-elle.

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Épidémie grippale: les paris sont ouverts!

Chaque année, les scientifiques redoublent d'ingéniosité pour mieux prédire l'évolution de l'épidémie grippale.
Marine Corniou 29-11-2017
Santé

La géolocalisation des maladies neuromusculaires au Saguenay Lac-Saint-Jean

Les personnes atteintes de certaines maladies génétiques habitent plus souvent dans des quartiers défavorisés, selon des chercheurs de Jonquière.
Annie Labrecque 15-05-2018
Santé

Des allergies alimentaires inusitées

Plus de 170 aliments ont été associés à des allergies, et la littérature scientifique regorge d’études de cas étonnants.
Marine Corniou 03-01-2019