Publicité
Santé

La cigarette électronique pourrait augmenter les risques de cancer

La fumée de cigarette électronique cause des dommages à l’ADN et pourrait favoriser l’apparition de certains cancers et de maladies cardiaques.
29-01-2018

Alors que la cigarette électronique est souvent présentée comme une option moins dommageable pour la santé à la cigarette, une étude révèle que la fumée affecte l’ADN et qu’elle pourrait augmenter – dans une moindre mesure que la cigarette classique – les risques de développer certains cancers et maladies cardiaques.

On sait que les cigarettes électroniques permettent d’éviter les sous-produits cancérigènes du séchage et de la combustion de tabac, mais elle libère tout de même de la nicotine sous forme d’aérosol. Il semblerait que ce ne soit pas inoffensif.

Un chercheur de l’Institut de médecine environnementale de la Faculté de médecine de l’Université de New York a révélé que l’ADN des souris exposées à de la «fumée» de cigarette électronique était plus endommagé au niveau des cellules du cœur, des poumons et de la vessie que celui des souris témoins exposées à l’air filtré.

Les souris qui respiraient les vapeurs de cigarette électronique avaient aussi une activité réduite de réparation d’ADN et des taux plus faibles de certaines protéines réparatrices de l’ADN des poumons.

Des effets similaires ont aussi été observés dans des cellules pulmonaires et vésicales humaines en culture exposées à la nicotine et aux nitrosamines (dont la NNK, un dérivé cancérigène de la nicotine). Les cellules humaines cultivées exposées à la nicotine et à la NNK montraient aussi plus de mutations et de transformations susceptibles de dégénérer en tumeur que les cellules témoins.

Ces résultats suggèrent que même si la fumée de cigarette électronique comprend moins d’éléments cancérigènes que la fumée de tabac, les utilisateurs de cigarette électronique pourraient avoir plus de risques que les non-fumeurs de développer des cancers du poumon et de la vessie, ainsi que des maladies cardiaques.

 

Publicité
Publicité

À lire aussi

Santé

En finir avec  l’odyssée diagnostique 

Environ 1 % à 2 % de la population a une maladie génétique rare et 80 % de ces maladies se présentent dans l'enfance ou l'adolescence. Mais, dans la moitié des cas, on ne trouve pas le diagnostic.
Santé

Déjouer la barrière du cerveau pour laisser passer des médicaments

Des médicaments pourraient mieux traiter les maladies du cerveau grâce à un modèle conçu par une équipe de chercheurs du Conseil national de recherches Canada (CNRC).
Annie Labrecque 15-03-2019
Santé

Barbecue: Pour le meilleur et sans le pire

Votre guide scientifique du barbecue! À lire avant d’allumer son gril.
Québec Science 22-05-2013