Publicité
Santé

La faim, régulée par les bactéries intestinales

24-11-2015

Décidément, notre ventre a beaucoup de choses à dire (voir notre reportage dans le numéro de novembre 2015).

Selon une étude publiée le 24 novembre dans la revue Cell Metabolism, les bactéries présentes dans l’intestin communiquent avec le cerveau lorsqu’elles estiment qu’elles sont rassasiées. Ainsi, 20 minutes après la prise d’un repas, ces bactéries produisent des protéines qui peuvent interrompre la prise alimentaire chez les animaux. Les auteurs, chercheurs à l’Inserm et à l’université de Rouen, en France, ont aussi montré comment ces protéines injectées dans des souris et des rats agissent sur le cerveau, en réduisant l’appétit. Cette découverte indique que les bactéries intestinales pourraient réguler la quantité de nourriture que nous ingérons et les moments auxquels nous avons faim.

Le modèle actuel de régulation de l’appétit implique des hormones de l’intestin qui signalent aux neurones lorsque nous avons faim ou quand nous sommes rassasiés. Pour la première fois, l’influence des protéines bactériennes sur l’émission de signaux de l’intestin au cerveau a été observée.

« Notre étude montre que les protéines bactériennes sécrétées par les E.coli peuvent être impliquées dans les voies moléculaires utilisées par l’organisme pour signaler la sensation de satiété», explique Sergueï Fetissov de l’unité mixte de recherche « Nutrition, inflammation et dysfonction de l’axe intestin-cerveau » (Inserm / Université de Rouen).

Les chercheurs ont constaté qu’après 20 minutes passées à consommer des nutriments et à proliférer, les bactéries E.coli présentes dans l’intestin de rats produisent des protéines différentes de celles sécrétées avant d’être nourries. L’intervalle de 20 minutes semble coïncider avec le temps nécessaire à une personne pour commencer à ressentir une sensation de satiété ou de fatigue après un repas. Suite à cette observation, l’équipe de recherche a établi le profil des protéines bactériennes avant et après la prise alimentaire.

L’injection de faibles doses de protéines bactériennes produites après un repas chez des rats et des souris affamés s’est accompagnée d’une réduction de la quantité d’aliments ingérés lorsqu’ils ont été à nouveau exposés à de la nourriture à volonté. (…)

Extrait d’un communiqué de presse de l’INSERM.
Photo: NIAID

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Même une consommation modérée d’alcool nuirait au cerveau

Consommer de l'alcool, même de façon modérée, augmenterait les risques de rétrécissement du cerveau et de déclin des fonctions cognitives.
Martine Letarte 13-06-2017
Santé

Le microbiome vaginal protège (ou non) contre le VIH

Le type de bactéries présentes dans le vagin peut moduler l'efficacité des gels microbicides.
Marine Corniou 16-06-2017
Santé

Le corps, une machine conçue pour la course

Des adaptations physiologiques apparues il y a plus de 2 millions d’années démontrent que l’humain a évolué pour courir. Aujourd’hui, les coureurs d’endurance misent sur ces capacités pour repousser leurs limites.
Guillaume Roy 19-09-2018