Publicité
Santé

Le lavage des mains décortiqué

22-06-2017

Pour se débarrasser des bactéries, seule la durée du lavage des mains est importante, conclut une étude sur le sujet.

Qu’est-ce qui distingue un bon lavage de mains d’un moins bon? Pour le trouver, une équipe américaine de l’université Rutgers, aux États-Unis, a littéralement décomposé ce geste du quotidien en plusieurs variables distinctes: la durée du lavage (20, 10 et 5 s), le type de savon utilisé (antibactérien et doux), la quantité de savon utilisé (2, 1 et 0,5 ml) ainsi que la température de l’eau (38, 27 et 15 °C).

Pour mesurer l’efficacité de chacune, les chercheurs ont délibérément contaminé les mains de vingt volontaires (10 hommes et 10 femmes) à l’aide d’une souche de bactérie inoffensive d’Escherichia coli. Puis, ils leur ont demandé de tester toutes les combinaisons de lavage de mains possibles afin d’enlever les bactéries de leurs mains.

Leur but: comparer l’efficacité de chacune à un lavage de main standard de 5 secondes, avec 1 ml de savon doux sous une eau à 38 °C.

Aux poubelles, les antibactériens!

Le comptage de bactéries après chaque passage sous le lavabo a révélé, sans surprise, que le type et la quantité de savon n’amélioraient en rien l’hygiène des mains. Le savon antibactérien, à base de chloroxylénol, n’était donc pas plus efficace qu’un banal savon doux.

Doté d’une fonction comparable au triclosan, un perturbateur endocrinien notoire, le chloroxylénol n’a pas encore été évalué en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Dans une décision récente, le gouvernement fédéral a d’ailleurs recommandé d’ajouter le triclosan à la liste des substances toxiques, sans toutefois en interdire l’usage comme l’ont fait les États-Unis.

De manière plus surprenante, la température de l’eau s’est aussi avérée de peu d’importance. Que l’eau ait été chaude, tiède ou froide, peu importe: les mains n’étaient pas plus propres.

Seule la durée compte

Finalement, seule la durée du lavage faisait une réelle différence. Les participants qui se sont frotté les mains pendant vingt secondes plutôt que cinq quintuplaient la quantité de germes éliminés. Une tendance similaire a aussi été notée pour un passage de dix secondes sous le lavabo par rapport à celui de cinq secondes.

De l’aveu même des chercheurs, la technique de lavage des mains, différant d’un participant à l’autre, a grandement influencé les résultats. Un petit bémol, donc.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Journal of Food Protection.

Publicité

À lire aussi

Santé

Livrer des médicaments par laser pour stopper les maladies de l’œil

Une nouvelle technique au laser, développée par une équipe de chercheurs montréalais, pourrait changer la donne chez ceux qui souffrent de maladies de l'oeil.
Annie Labrecque 20-11-2018
Santé

Éliminer la tuberculose chez les Inuit d’ici 2030: un objectif ambitieux

En mars 2018, le gouvernement du Canada s'est engagé à éradiquer la tuberculose dans le territoire inuit d'ici 2030.
Marine Corniou 01-06-2018
Santé

L’âge de l’homme influence le succès de la fécondation in vitro

L’homme ne vit pas de ménopause comme la femme, mais il n’en demeure pas moins que plus il vieillit, plus le taux de succès de traitements en fécondation in vitro décline.
Martine Letarte 18-07-2017