Publicité
Santé

Le régime méditerranéen réduirait les risques de cancer du sein

07-03-2017

Vous avez adopté un régime méditerranéen riche en noix, en fruits et légumes, en légumineuses, en poisson, en huile d’olive et pauvre en viande rouge, puis en sucre et produits raffinés ? De plus, vous ne buvez pas d’alcool ? Vous pourriez voir votre risque de développer un cancer du sein postménopause chuter de 40%.

Voilà ce que révèle une étude réalisée sur 20 ans financée par le Fonds mondial de recherche contre le cancer. Le projet, dirigé par Piet van den Brandt de l’université de Maastricht, a inclus plus de 60 000 femmes néerlandaises âgées de 55 à 69 ans.

L’alcool a été exclu de l’étude puisqu’on sait déjà que sa consommation est un facteur de risque du cancer du sein.

Les femmes qui adhéraient le plus fortement au régime méditerranéen ont vu leurs risques de développer un cancer du sein de type ER- réduit de 40%.

Ce type de tumeur, dont les récepteurs d’œstrogène sont négatifs (ER-), est particulièrement difficile à traiter (car l’hormonothérapie n’a aucun effet).

On savait déjà que le régime méditerranéen était associé à une réduction des risques de mortalité et de maladies cardiovasculaires. On peut maintenant ajouter à sa liste de bienfaits une prévention contre certains cancers du sein.

Chez les Canadiennes, le cancer du sein est le plus répandu, si on exclut les cancers de la peau autres que le mélanome. Il est la deuxième principale cause de décès par cancer.

Publicité

À lire aussi

Santé

Don d’organes: le modèle espagnol

En Espagne, on croit avoir trouvé le remède au manque d’organes. Ce modèle est-il «transplantable» chez nous?
Pascale Millot 23-11-2012
Santé

Plongée: l’ivresse des profondeurs

La plongée sur l'épave de l'Empress of Ireland est l'une des plus difficiles au monde. Les plongeurs surnomment le site "l'Everest".
Joël Leblanc 21-05-2014
Santé

Dossier spécial: Cancer

Le cancer terrifie. Avec raison : il est responsable du tiers de tous les décès au Québec. Mais dans les labos, les scientifiques s’activent pour vaincre cette hydre menaçante.
Québec Science 16-05-2019