Publicité
Santé

Les animaux de compagnie peuvent-ils transmettre le coronavirus?

26-03-2020
Chien labrador

Crédit: Pixabay

Q : « Nos animaux de compagnie sont-ils des vecteurs de transmission? », demande Sylvie Guertin de Saint-Lambert.

La question inquiète beaucoup de gens! Mais jusqu’à présent, les experts sont unanimes : les animaux domestiques comme les chiens et les chats ne sont pas des vecteurs de transmission de la COVID-19. Le plus récent avis à ce sujet a été publié en fin de semaine par l’Organisation mondiale de la santé animale.

Le 5 mars, le Département de l’Agriculture, des pêcheries et de la conservation de Hong Kong avait signalé avoir trouvé des petites quantités de l’ARN du virus dans le museau et la gueule d’un chien qui vivait avec une personne atteinte de la COVID-19. Mais il ne faut pas interpréter ça comme un signe que les animaux peuvent tomber malades ou transmettre la maladie.

Le coronavirus est un virus à ARN, ce qui signifie que son matériel génétique est fait d’acide ribonucléique et pas d’ADN, comme le nôtre. L’ARN du virus est enfermé dans ce qu’on appelle une capside, une espèce de coquille de protéines qui forment des pics à sa surface, que l’on voit sur l’image de boule grise à pointes rouges qui circule un peu partout. Le virus a besoin d’avoir son ARN et sa capside intacts pour être contagieux et pouvoir éventuellement infecter des cellules d’autres êtres vivants.

Avoir trouvé quelques petits bouts de l’ARN du virus dans la gueule et le museau du chien ne signifie pas que le virus y était en entier. Des petits bouts d’ARN tout seuls ne sont pas contagieux.

D’après les chercheurs qui ont fait ces analyses, il est probable que le virus ait effectivement été transmis au chien par la personne malade. Le chien était cependant très peu infecté et il n’était pas malade.

Les chercheurs qui ont fait cette découverte, ainsi que les autres experts, ont insisté pour dire que ces analyses ne signifient aucunement que les mammifères comme les chiens et les chats peuvent contracter ou transmettre la COVID-19.

On n’a cependant pas encore de certitude totale à ce sujet, car la propagation du virus est trop récente pour que des études probantes aient été développées sur tous les impacts qu’il peut avoir dans nos vies. Il convient donc d’être prudent, même si tout indique que l’épidémie se propage par les humains. Aucun cas d’animal domestique malade de la COVID-19 n’a été rapporté sur la planète.

Si votre chat ou chien sort dehors, peut-il avoir des virus qui se déposent sur ses poils et vous rendre malade? Improbable. Le virus ne peut pas se multiplier en dehors du corps d’une personne. Or dans la rue ou sur nos murs, il n’y a pas de fortes quantités de virus, même là où des gens malades auraient pu tousser récemment. Dehors, la brise, la pluie et le temps qui passe ont pour effet de diminuer très rapidement le nombre de virus intacts et donc aptes à contaminer éventuellement quelqu’un. Transporter le virus sous ses chaussures en marchant dehors et tomber malade à son contact est aussi hautement improbable.

Pour que Pitou ou Minou puisse vous contaminer en sortant dehors, il faudrait que tout ceci se produise :

  • qu’une personne malade tousse longuement tout près du sol du bas d’un mur, et pas dans son coude évidemment;
  • que votre animal passe très peu de temps après pile à cet endroit, s’y frotte et que des grandes quantités de virus s’accrochent à ses poils;
  • ou bien qu’une personne malade tousse directement sur lui, ou le flatte longuement avec ses mains sales;
  • que vous le flattiez peu de temps après pile à l’endroit sur son pelage où aurait atterri le virus, à condition que celui-ci ne se soit pas décomposé entre temps et que l’animal ne se soit pas léché pour se laver;
  • que vous ne vous soyez pas lavé les mains avant de les porter à votre visage;
  • que le virus passe de votre visage à vos voies respiratoires;
  • que vous développiez une infection.

Bref, il y a très peu de chances que cela arrive, surtout si vous appliquez les consignes de base : rester loin des gens qui n’habitent pas avec vous, lavez-vous souvent les mains et ne sortez pas de chez vous si vous avez le virus.

L’Association canadienne des médecins vétérinaires rappelle par ailleurs que « les animaux de compagnie contribuent à notre bonheur et à notre bien-être, surtout en période de stress. Si vous vous sentez bien (pas de symptômes de COVID-19) et n’êtes pas en auto-isolation en raison de la COVID-19, le fait de faire des promenades avec votre chien et/ou de passer d’autres temps avec votre animal de compagnie peut contribuer à garder à la fois vous et votre animal de compagnie en bonne santé. » Profitez-en!

Les services vétérinaires d’urgence restent ouverts; plus de détails et de conseils sur la page de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

Pour suivre l’évolution de la situation et la mise à jour des recommandations : https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/

La COVID-19 suscite énormément de questions. Afin de répondre au plus grand nombre, des journalistes scientifiques ont décidé d’unir leurs forces. Les médias membres de la Coopérative nationale de l’information indépendante (Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est), Québec Science et le Centre Déclic s’associent pour répondre à vos questions. Vous en avez? Écrivez-nous. Ce projet est réalisé grâce à une contribution du Scientifique en chef du Québec.

Publicité

À lire aussi

Santé

Inquiétude face aux implants Essure

La méthode de contraception Essure soulève des questionnements quant à son innocuité.
Marine Corniou 20-12-2016
Santé

Efficacité des vaccins contre la pneumonie vs COVID-19

« Est-ce que les vaccins contre la pneumonie qu’on donne aux ainés ou à d’autres personnes peuvent empêcher l’infection à la COVID-19 d’évoluer vers une pneumonie et limiter les dégâts? », demande Lorraine Dietrich, de Shawinigan.
Santé

Insomnie: Comment mieux dormir?

Vous n’êtes sûrement pas seul(e) à vous le demander. Selon les résultats de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) pour la période allant de 2007 à 2013, 43 % des hommes et 55 % des femmes de 18 à 64 ans ont déclaré avoir de la difficulté à trouver le sommeil ou à rester endormis.
Annie Labrecque 17-05-2018