Publicité
Santé

Les couples obèses prennent 55% plus de temps pour procréer

06-02-2017

Une nouvelle étude des National Institutes of Health aux États-Unis a montré que la composition corporelle de l’homme influence elle aussi le temps nécessaire pour qu’une femme tombe enceinte.

Jusqu’à maintenant, les études dans le domaine de la fertilité s’étaient surtout penchées sur le tour de taille des dames.

Plus de 500 couples du Michigan et du Texas ont participé à la Longitudinal Investigation of Fertility and the Environment (LIFE) Study entre 2005 et 2009. Les femmes étaient âgées de 18 à 44 ans et les hommes, de plus de 18 ans.

L’étude examinait entre autres la relation entre la fertilité et l’indice de masse corporelle (IMC). Les couples étaient divisés en sous-groupes : les non-obèses, les obèses (IMC de 30 à 34,9) et les très obèses (IMC de plus de 35).

Les chercheurs ont trouvé que les couples très obèses prenaient 55% plus de temps que les non-obèses pour concevoir un enfant.

Lorsque les chercheurs ont ajouté à l’obésité d’autres facteurs de risque comme l’âge, le tabagisme, le niveau d’activité et le taux de cholestérol, le taux passait à 59%.

Les couples étaient suivis jusqu’à la grossesse ou jusqu’à un an d’essai de conception.

 

Publicité

À lire aussi

EN PARTENARIAT AVEC LES FONDS DE RECHERCHE DU QUÉBEC
Santé

Pour des prématurés en santé

Mathieu Nadeau-Vallée a démontré qu’une molécule anti-inflammatoire réduit les complications liées aux naissances prématurées chez l’animal. Des résultats montrent qu’il en serait de même chez l’humain.
Maxime Bilodeau 22-08-2019
Santé

Don d’organes: le modèle espagnol

En Espagne, on croit avoir trouvé le remède au manque d’organes. Ce modèle est-il «transplantable» chez nous?
Pascale Millot 23-11-2012
Santé

COVID-19: que faire si on vit avec un malade?

Tout comme le premier ministre du Canada Justin Trudeau, plusieurs personnes se retrouveront avec un conjoint (ou un coloc) confiné à la maison.