Publicité
Santé

LSD: pourquoi le trip dure-t-il si longtemps?

26-01-2017

Des chercheurs ont « photographié » le moment où le LSD se fixe dans le cerveau.

Lorsqu’il était un jeune baby-boomer, Bryan Roth assistait parfois à des concerts du groupe américain The Grateful Dead.

« Beaucoup de gens consommaient alors du LSD ou d’autres substances hallucinogènes. À la fin de la représentation, on les entendait se demander quand se terminerait leur expérience », raconte par voie de communiqué le professeur en pharmacologie de l’université de Caroline du Nord (UNC). « Bien sûr, la majorité ignorait que les effets de cette drogue peuvent se faire ressentir pendant plus de douze heures. »

Dans le cadre d’une étude publiée aujourd’hui dans Cell Press et dont il est le coauteur, M. Roth s’est penché sur cette question, en utilisant la cristallographie, une technique qui permet d’établir la structure atomique d’une molécule (grâce à un “cliché de diffraction”).

Lui et son équipe ont ainsi littéralement photographié le moment où les molécules de diéthylamide de l’acide lysergique (LSD) se fixent aux récepteurs à la sérotonine. Tapis un peu partout sur les neurones, ces derniers régulent la transmission d’informations dans le cerveau.

Surprise : la structure particulière des récepteurs explique pourquoi le LSD, même en petite quantité, y reste « coincé » aussi longtemps. « C’est comme si un couvercle se refermait sur la molécule, l’emprisonnant ainsi pour plusieurs heures », illustre le scientifique.

Selon lui, une meilleure compréhension des mécanismes d’action de cette drogue pourrait un jour aboutir à la conception de médicaments pour traiter des troubles psychiatriques tels que la dépression ou l’anxiété.

Formation du sens

Coïncidence : une seconde étude publiée aujourd’hui dans Current Biology rapporte qu’un des récepteurs sur lequel s’est penchée l’équipe d’UNC, le 5-HT2A, est impliqué dans l’état modifié de conscience qui résulte de la consommation de LSD.

Ce récepteur serait un acteur clé dans la formation du sens que l’on donne aux expériences. Il expliquerait pourquoi certaines chansons nous tiennent plus à cœur que d’autres.

Ces recherches s’inscrivent toutes deux dans un intérêt renouvelé en recherche médicale pour le LSD.

Photo : Représentation artistique du LSD qui se fixe à un récepteur à la sérotonine (Bryan Roth)

Publicité

À lire aussi

Santé

Questions en vrac sur le confinement

Les modalités fines du confinement semblent avoir créé une certaine confusion parmi la population, à en juger par le grand volume de questions que nous recevons à ce sujet. Voici quelques clarifications, en vrac.
Santé

Une maladie génétique qui se propage ?

Les maladies génétiques ont ceci de « simple » qu’on connaît leur cause (un gène muté) et leur mode de transmission, héréditaire. C'est du moins ce qu'on croyait...
Marine Corniou 05-06-2014
Santé

Moins de vaccins contre la grippe gratuits cette année

La campagne de vaccination annuelle contre la grippe débute le 1er novembre 2018.
Marine Corniou 24-10-2018