Publicité
Santé

Mais comment la cocaïne agit-elle?

05-11-2013

La cocaïne est un psychostimulant très puissant qui provoque une dépendance psychique forte. Dans le cerveau, la cocaïne inhibe la recapture des catécholamines, la dopamine et la noradrénaline, et favorise leur libération, maintenant artificiellement un niveau élevé de ces deux neurotransmetteurs associés au plaisir.

La drogue a aussi un effet anesthésiant local dû au blocage des canaux à sodium (qui permettent à ces ions d’entrer et de sortir des cellules), ce qui a pour effet d’inhiber la conduction des messages nerveux en diminuant l’amplitude du message « électrique » se propageant d’un neurone à l’autre.

Le « crack » (un mélange de cocaïne, de bicarbonate de soude et/ou d’ammoniaque), qui se présente sous la forme de petits cailloux, est devenu populaire dans les années 1980. Il provoque des effets plus intenses que la cocaïne sniffée car sa fabrication permet de libérer la molécule pure de cocaïne, la « cocaïne base » (ou free base), des sels de chlorhydrate auxquels elle est autrement associée.

Mais ses effets délétères sont aussi plus violents, à commencer par l’état dépressif qui succède à l’effet stimulant.

Sur le plan vasculaire, la cocaïne est redoutable : elle augmente la pression artérielle (notamment en « resserrant » les vaisseaux sanguins), la contractilité des cellules cardiaques…et donc la demande en oxygène du cœur. Bilan, les consommateurs de cocaïne ont un risque 14 fois plus grand que les non consommateurs de souffrir d’une hémorragie cérébrale ou d’un AVC.

Au niveau cellulaire, en perturbant le fonctionnement des canaux à sodium et à potassium, la cocaïne entraîne aussi une arythmie cardiaque et une augmentation de la fréquence du coeur, et augmente le risque d’infarctus et de mort subite par arrêt cardiaque.

L’usage chronique peut être associé à une myocardite, une hypertrophie ventriculaire, une cardiomyopathie ou une insuffisance cardiaque. Bon à savoir, la consommation concomitante d’alcool augmente la toxicité cardiaque du produit (qui s’associe à l’alcool dans l’organisme pour faire du cocaéthylène). Nous passons ici sur les problèmes cognitifs, respiratoires, rénaux ou hépatiques qui sont associés à la consommation de cocaïne sous toutes ses formes…

Photo: Wikimedia commons

Publicité

À lire aussi

Santé

Bruit et dépression chez les mères

Les futures mères exposées à un environnement bruyant pendant leur grossesse sont plus à risque de dépression.
Annie Labrecque 17-04-2019
Santé

Cancer : l’épigénétique et la chromatine au cœur des recherches

Les modifications épigénétiques entrent en scène pour expliquer le cancer.
Marine Corniou 20-02-2019
Santé

Voyage au crépuscule de la mort

Alors que l’on croyait les défunts dénués de toute forme de vie, voilà que de curieux mécanismes biologiques se mettent en branle plusieurs heures après l’ultime souffle. La mort serait-elle vraiment le dernier acte ?
Laurie Noreau 29-03-2018