Publicité
Santé

Même une consommation modérée d’alcool nuirait au cerveau

13-06-2017

On dit qu’avec l’alcool, la modération a bien meilleur goût, mais l’abstinence serait encore bien supérieure. Du moins, pour la vigueur de votre cerveau!

Même une consommation d’alcool modérée augmenterait les risques de rétrécissement de l’hippocampe, une structure du cerveau essentielle à la mémoire et à la navigation spatiale. Les fonctions cognitives décroitraient aussi plus rapidement en cas de consommation d’alcool.

C’est ce qu’on découvre dans les résultats d’une étude longitudinale sur 30 ans réalisée par des chercheurs de l’Université d’Oxford, au Royaume-Uni. Plus de 550 Londoniens ont participé à l’expérience lors de laquelle des tests d’imagerie par résonance magnétique ont entre autres été réalisés.

En résumé, plus on consomme d’alcool, plus les risques de voir son cerveau perdre de son efficacité augmentent.

Ainsi, les buveurs excessifs (30 consommations par semaine) auraient près de six fois plus de risques que les abstinents de voir le côté droit de leur hippocampe s’atrophier. Chez ceux qui consomment de 14 à 20 consommations, ce serait plutôt trois fois plus de risque. La fluidité lexicale décline aussi plus rapidement chez les consommateurs d’alcool que chez les abstinents.

Au Royaume-Uni, le gouvernement conseille aux gens de ne pas dépasser 14 consommations par semaine. Jusqu’à récemment, la recommandation limite chez les hommes s’élevait à 21 verres.

Au Québec, Éduc’alcool conseille aux femmes qui souhaitent consommer avec modération et éviter les problèmes à long terme de limiter leur consommation à 2 verres par jour et à 10 par semaine. Pour les hommes, c’est plutôt 3 consommations par jour et 15 par semaine.

Publicité

À lire aussi

Santé

Winnipeg, au cœur de la lutte contre le coronavirus

C’est à Winnipeg que s’organise la riposte contre l'épidémie causée par le coronavirus de Wuhan.
Marine Corniou 31-01-2020
Santé

COVID-19 et pollution atmosphérique : des liens inquiétants

La pollution de l’air semble corrélée à une plus grande concentration de cas de COVID-19 et une plus forte mortalité.
Marine Corniou 06-05-2020
Santé

COVID-19: retour sur la saga de l’hydroxychloroquine

La chloroquine et son dérivé, l’hydroxychloroquine, pourraient avoir un effet antiviral contre le SRAS-CoV-2 et être utiles pour traiter les cas graves de COVID-19. Mais les données manquent.
Marine Corniou 16-04-2020