Publicité
Santé

Myélite flasque aiguë: une paralysie rare atteint des enfants au Québec

24-10-2018

Photo: Unsplash

Des cas de paralysie dus à la myélite flasque aiguë ont été détectés au Québec.

Jusqu’à présent, on a signalé 16 patients souffrant de myélite flasque aiguë (MFA) au Canada, une maladie qui atteint surtout les enfants. Elle présente des similarités avec la poliomyélite, maladie quasi disparue qui peut entraîner elle aussi des paralysies.

Ici, à Montréal, il y aurait eu 2 cas à l’Hôpital Sainte-Justine et 4 à l’Hôpital de Montréal pour enfants. Aux États-Unis, on suspecte 155 cas depuis le début de l’année, dont 62 ont été confirmés. Les cas, bien que rares, sont en hausse depuis 2014, selon les CDC américains.

Quelle est cette maladie?

On croit que la maladie est provoquée par un entérovirus, dont les entérovirus D68 ou D71. Dans certains cas, il pourrait aussi s’agir du virus du Nil occidental. Parmi les 4 cas à l’Hôpital de Montréal pour enfants, le D68 est responsable avec certitude dans un cas. « C’est une jeune fille qui est toujours à l’hôpital et qui reçoit des soins ventilatoires pendant la nuit parce qu’elle ne peut pas bien respirer. Elle a commencé à utiliser ses bras et ses mains, mais essentiellement, elle reste paralysée », indique Christos Karatzios, spécialiste en infectiologie pédiatrique à l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Les premiers symptômes ressemblent à ceux d’un rhume, mais ils sont suivis par une faiblesse musculaire soudaine qui peut aller jusqu’à la paralysie des membres, alors que l’infection fait son chemin jusqu’au système nerveux central.

« La myélite flasque aiguë cause une inflammation de la moelle épinière. Les cellules nerveuses infectées meurent suite à l’inflammation, ce qui entraîne ensuite une paralysie chez le patient », indique le spécialiste en infectiologie.

Les enfants sont particulièrement touchés. Pourquoi?

Les microbes ont tendance à se propager plus facilement entre jeunes qu’entre adultes. Il est donc conseillé de suivre les règles de base d’hygiène, comme le lavage des mains pour se protéger et éviter la transmission de ces agents infectieux.

« Après un rhume, si un enfant commence à avoir des symptômes neurologiques tels que difficulté à avaler ou paralysie, il faut se présenter à l’urgence, car la maladie peut progresser rapidement », conseille le médecin. « Il y a des éclosions d’entérovirus chaque année avec des problèmes respiratoires, mal de gorge, diarrhée, mal de ventre, méningite. La majorité des patients se rétablissent et ne développent pas la myélite flasque aiguë », précise-t-il.

Quels sont les traitements?

Il n’y a pas de traitement, seulement des soins de support, par exemple pour aider le malade à respirer ou à se nourrir. « Il y a des patients traités avec des transfusions d’anticorps, qui ne sont pas dirigés vers le virus, mais pour calmer le système immunitaire », indique le Dr Christos Karatzios. « Mais on n’est pas satisfait de ces traitements, car il n’y a pas une grande différence entre les patients traités et ceux qui ne le sont pas ».

Lorsque le patient est sur la bonne voie, il poursuit avec des séances de physiothérapie et d’ergothérapie pour stimuler les muscles et les nerfs. « L’enfant revient en général à la normale après quelques semaines bien que dans certains cas, la paralysie soit permanente », dit le médecin.

Pourquoi y a-t-il plus de cas présentement?

Ce ne sont pas les premiers cas détectés de la maladie. Une vaste éclosion du virus D68 avait eu lieu en 2014, au Canada.

« Généralement, les cas d’infection aux entérovirus sont en hausse vers la fin de l’été et en début d’automne », explique Christos Karatzios. On voit donc plus fréquemment la maladie pieds-mains-bouche, des méningites virales et des myélites flasques aiguës pendant cette période.

« On espère que le nombre de cas de MFA ira en diminuant. Mais comme toutes les autres maladies infectieuses, on ne peut pas prévoir. Souvent, ça disparaît subitement sans que l’on ne comprenne pourquoi ».

Est-ce la poliomyélite qui refait surface?

Non. La myélite flasque aiguë et la poliomyélite ont des symptômes similaires, car elles atteignent toutes les deux la moelle épinière, mais elles sont causées par des virus différents.

« À part en Afghanistan et au Pakistan, on ne voit plus de cas de polio grâce aux programmes de vaccination à l’échelle mondiale », précise le médecin de l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Publicité

À lire aussi

Santé

Comment trouver un médecin de famille?

Comment trouver un médecin de famille? S’il y a une question spécifique au Québec dans la liste des 50 questions de santé que les Québécois posent...
Marine Corniou 12-05-2018
Santé

Le sel, irremplaçable ?

Contrairement au sucre, le sel n’a toujours pas de succédané digne de ce nom. Pourtant, l’industrie alimentaire en aurait bien besoin, elle qui cherche à réduire la quantité de sodium dans ses produits.
Martine Letarte 29-06-2017
Santé

Des anticorps à l’assaut d’Ebola

Un comité d'experts réuni par l'Organisation mondiale de la santé vient d'approuver l'emploi des traitements expérimentaux contre Ebola. Le point sur les anticorps monoclonaux.
Marine Corniou 12-08-2014