Publicité
Santé

Qu’est-ce que le diabète?

23-05-2018

Le diabète est une maladie chronique caractérisée par un excès de sucre (glucose) dans le sang. La maladie résulte en fait d’une mauvaise utilisation ou d’une production insuffisante d’insuline, l’hormone qui régule justement la concentration sanguine de sucre. Selon le dysfonctionnement en cause, on parle de diabète de type 1 ou de type 2.

Environ 8,5% des adultes dans le monde sont diabétiques. Au total, on dénombre 830 000 diabétiques au Québec.

Pour fonctionner, le corps a besoin d’énergie, qu’il trouve notamment dans les sucres et les graisses alimentaires. Quand vous mangez des glucides, ceux-ci sont dégradés en glucose qui se retrouve dans le sang, pour ultimement pénétrer dans les cellules où il sert de carburant. La cellule ne laisse toutefois pas entrer qui veut: il lui un laissez-passer, une clé pour ouvrir ses portes. Ces clés (l’insuline) sont produites directement dans le corps, dans le pancréas.

Dans le diabète de type 1, la production d’insuline est insuffisante. Le glucose reste donc à la porte des cellules, saturant le sang. En cause : une réaction auto-immune, qui amène les globules blancs à attaquer les cellules du pancréas productrices d’insuline. « Autrement dit, c’est l’usine à clés [NDLR, certaines cellules du pancréas] qui arrête de fonctionner», indique Rémi Rabasa-Lhoret, directeur de la clinique de diabète de l’Institut de recherches cliniques de Montréal et endocrinologue au CHUM. «Ce n’est pas tout le pancréas qui ne fonctionne plus, c’est un mythe! Toute la partie digestive fonctionne bien», précise le chercheur.

Cette forme de diabète, qui représente 10% des cas de diabète, se développe généralement à l’adolescence.

Pour les 90% restant, le diabète survient à l’âge adulte, et résulte d’une mauvaise utilisation de l’insuline. Les principaux facteurs de risque liés à ce diabète de type 2 sont l’âge, le surpoids, le manque d’activité physique et les mauvaises habitudes alimentaires. «Dans le diabète de type 2, l’usine pancréatique est abîmée, mais elle produit encore des clés, explique le docteur Rabasa-Lhoret. Ce sont certaines serrures qui ont des dysfonctionnements. Dans les deux cas, ça implique des traitements complètement différents.»

Les diabétiques de type 1 devront recourir à des injections d’insuline, tandis que les options sont plus variées pour le type 2. Certains médicaments stimulent la production d’insuline, augmentent son efficacité ou encore permettent d’éliminer une partie du sucre dans les urines. Malheureusement, il n’existe pas de remède pour enrayer définitivement le diabète.

Néanmoins, la recherche progresse! Une étude suédoise publiée en mars 2018 mentionne d’ailleurs qu’il n’y aurait pas 2, mais bien 5 types de diabètes différents, ce qui pourrait changer la manière dont on amorce les différents traitements. «C’est un pas dans la très bonne direction», conclut le médecin.

Symptômes
Le diabète peut longtemps passer inaperçu. Lorsqu’il n’est pas contrôlé, il peut entraîner divers symptômes :
– Soif intense
– Miction fréquente
– Faim
– Fatigue
– Perte de poids importante
– Vision trouble
– Étourdissements

Complications
Voici ce qui peut se produire si le diabète est mal contrôlé :
– Défaillances rénales
– Cécité
– Problèmes cardiaques
– Amputations

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

L’exposition de souris mâles à la nicotine affecte leurs descendants

L'exposition de souris mâles à la nicotine a des répercussions sur le comportement de leurs enfants, mais aussi de leurs petits-enfants!
Marine Corniou 17-10-2018
Santé

Dance Your PhD : une valve cardiaque en polymère

Voici la vidéo de Jacob Brubert, de l'Université de Cambridge, le lauréat du concours Dance your PhD 2016 organisé par la revue Science. Il nous livre une chorégraphie, disons, "créative", au sujet...
Québec Science 27-10-2016
Santé

En finir avec  l’odyssée diagnostique 

Environ 1 % à 2 % de la population a une maladie génétique rare et 80 % de ces maladies se présentent dans l'enfance ou l'adolescence. Mais, dans la moitié des cas, on ne trouve pas le diagnostic.