Publicité
Santé

Tabagisme: comment arrêter de fumer?

17-06-2018

Photo: Mediaphotos/iStockphoto

Les experts s’entendent tous sur ce point : arrêter de fumer est la meilleure décision qu’une personne peut prendre pour améliorer sa santé.

Dans les 20 minutes qui suivent l’arrêt du tabac, le rythme cardiaque et la pression artérielle diminuent. Au bout de quelques semaines, la fonction pulmonaire s’améliore. Dans l’année qui suit, le risque de maladie cardiaque est réduit de moitié. Et, dans les 10 ans, le risque de cancer du poumon est lui aussi réduit de moitié, par rapport aux fumeurs, rappelle l’Organisation mondiale de la santé.

Malheureusement, la moitié des personnes qui tentent d’arrêter rechutent en moins d’une semaine. D’abord, parce que la nicotine est une substance hautement addictive agissant sur le cerveau où elle entraîne la libération de dopamine. Ensuite, parce que seul un tiers des fumeurs qui se décident à écraser demandent de l’aide.

Plusieurs études ont pourtant démontré qu’être conseillé par quelqu’un, même aussi brièvement que trois minutes, permet de doubler le taux de succès.

« La première étape est d’appeler la ligne 1 866-JARRETE, conseille Michel Lebel, infirmier clinicien au Centre de santé universitaire McGill, spécialisé en cessation tabagique. Le programme liste toutes les ressources disponibles au Québec et propose un soutien téléphonique ou par texto. »

Parmi les méthodes ayant fait leurs preuves, on distingue les interventions comportementales, comme la psychothérapie et les groupes de soutien, ainsi que les aides pharmacologiques.

Dans le premier cas, les fumeurs apprennent à identifier les situations qu’ils associent à la cigarette (boire un café ou un verre de vin), à trouver des substituts efficaces (exercice de respiration et de visualisation) et à contrôler leur stress.

Timbres, gommes et sprays

Les substituts nicotiniques, qu’il s’agisse de timbres, de gommes, de sprays ou autres, augmentent quant à eux de 50 % à 70 % les chances de succès, comme l’a démontré une synthèse de 117 essais cliniques publiée en 2012.

« Souvent, les gens sont réticents à utiliser les timbres, par exemple. Ils pensent qu’ils vont remplacer une dépendance par une autre, ou que c’est dangereux. Or il y a beaucoup d’études qui ont prouvé que c’est sécuritaire », souligne Michel Lebel qui coordonne depuis quatre ans le programme IMPACT au Centre universitaire de santé McGill, un programme qui consiste à rencontrer tous les patients hospitalisés pour leur parler de l’abandon du tabac.

La cigarette électronique peut aussi être un outil pertinent, puisqu’elle est beaucoup moins dangereuse que la cigarette classique et que la dose de nicotine peut être diminuée progressivement.

Dans son travail, M. Lebel combat deux idées reçues qui reviennent souvent : « Les gens pensent parfois qu’il suffit de vouloir arrêter pour y arriver, ou au contraire que c’est impossible, car cela fait 20 ou 30 ans qu’ils fument. Quand ils se retrouvent à l’hôpital, sevrés malgré eux, ils sont parfois impressionnés par le fait que ce n’est pas un besoin essentiel. » Un message encourageant pour les 1,3 million de Québécois qui fument régulièrement.

 

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Qu’est-ce que la maladie pulmonaire obstructive?

Qu’est-ce que la maladie pulmonaire obstructive? 20 % des adultes de 65 ans et plus sont touchés.
Marine Corniou 11-05-2018
Santé

Pédaler dans son lit d’hôpital

Du vélo aux soins intensifs? C'est l'idée qu'explorent des chercheurs.
Santé

100 ans de chirurgie plastique au Canada

La chirurgie plastique célèbre son centenaire au Canada. Une occasion de découvrir que les plasticiens font bien plus que des liftings.