Publicité
Sciences

A-t-on découvert le crâne d’un homme de Denisova?

07-03-2017

Qui étaient les hommes de Denisova? Découverts en 2010 dans une grotte en Sibérie, on n’avait retrouvé d’eux qu’une minuscule phalange, datant de 30 000 à 50 000 ans.

C’est en séquençant l’ADN conservé dans ce petit os que les chercheurs avaient découvert qu’il ne s’agissait ni d’un os de Neandertal ni de celui d’un humain moderne. L’équipe a baptisé la nouvelle espèce homme de Denisova, du nom de la grotte où les ossements ont été trouvés. Cet hominidé partage des racines communes lointaines avec les Néandertaliens et les humains actuels. On en parlait d’ailleurs dans notre dossier sur les origines de l’humanité.

Dans un article paru en mars 2017 dans Science, une équipe chinoise réanalyse deux crânes (très partiels), trouvés en 2007 dans l’est de la Chine, et âgés d’environ 105 000 à 125 000 ans. Appartenant à des homininés, ces quelque 45 morceaux de crânes ne sont pas typiques d’Homo sapiens et présentent des variations par rapport aux crânes des hommes de Néandertal, suggérant qu’ils auraient pu appartenir à une autre population d’humains, possiblement des Dénisoviens.

Le hic, c’est que personne ne sait à quoi ressemblaient ces derniers. Leur existence n’est connue que par leur séquence génétique, qui les distingue des Néandertaliens, qui vivaient à la même époque. Hélas, les chercheurs ont été incapables d’extraire de l’ADN de ces deux crânes. À quel type d’Homo appartenaient-ils? Le mystère reste entier.

Photo phalange: Thilo Parg

Publicité

À lire aussi

Sciences

Ces requins bien de chez nous

Des chercheurs tentent d’en apprendre davantage sur les grands requins blancs qui s’aventurent au large de la Nouvelle-Écosse.
Laura Martinez 23-08-2019
Les 10 découvertes de 2016

[1] Manteau cachottier

En étudiant de jeunes roches provenant du Nunavut, une chercheuse est remontée dans le passé... jusqu'à la tendre enfance de notre planète.
Sciences

CRISPR: La productivité des cerises de terre boostée par l’édition génétique

En modifiant deux gènes chez la cerise de terre, des chercheurs ont réussi à en augmenter considérablement la productivité.
Marine Corniou 02-10-2018