Publicité
Sciences

Grippe et COVID-19: vers une épidémie double à l’automne?

27-08-2020

Photo: CDC

Avec l’automne arrivera une menace que l’on connaît bien, mais qui prend une autre dimension cette année : la grippe saisonnière.

Comment cette maladie coexistera-t-elle avec la COVID-19? Est-ce que les personnes infectées par la grippe seront plus sensibles au coronavirus, et inversement? Que se passera-t-il si quelqu’un attrape les deux virus en même temps?

Et à l’hôpital, comment feront les soignants pour distinguer les patients atteints de la COVID-19 de ceux infectés par la grippe ?

Le Dr Francois Marquis, chef de services des soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, se posait déjà la question cet été dans le carnet de bord qu’il tient pour Québec Science : « On n’a pas d’expérience à départager rapidement un cas de COVID-19 d’un cas d’influenza alors que, cliniquement, les symptômes peuvent être similaires. Qu’arrive-t-il si, par mégarde, on isole ces patients ensemble? On ne sait pas non plus comment traiter un patient qui contracte les deux maladies. »

Dans la plupart des pays, les mesures de confinement imposées dès le mois de mars ont mis fin brutalement à la saison grippale 2019-2020.

Ainsi, pour anticiper la double menace automnale, les regards de l’hémisphère Nord se sont tournés vers le sud, où la saison de la grippe débute plus tôt, dès le mois de juin, en prélude à la nôtre.

Or, des observations en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud indiquent que la nouvelle saison grippale n’a pas vraiment eu lieu, conséquence des fermetures d’école, de la distanciation physique et autres restrictions. En Australie, par exemple, seuls 36 décès attribués à la grippe ont été rapportés entre janvier et la mi-août, contre 480 pour la même période l’an dernier.

Une bonne chose en soi, mais qui laisse les chercheurs sans réponses. Le risque de co-infection, notamment, inquiète les médecins. Les anglophones parlent même de « twindemic » ou pandémie jumelle possible pour la saison 2020-2021.

« La grippe affecte environ 7 millions de Canadiens chaque année, entraînant 12 000 hospitalisations et 3500 décès. Les plus forts taux de mortalité sont observés chez les personnes de plus de 65 ans », rappelait la Dre Angel Chu, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Calgary et vice-présidente d’Immunisation Canada, lors d’un webinaire du Canadian Healthcare Network Team visant à aider les professionnels de la santé à se préparer à la saison grippale.

Or, les personnes de plus de 65 ans sont aussi les plus vulnérables face à la COVID-19. « Au Canada, 96,8% des décès de la COVID-19 sont survenus chez les plus de 60 ans. Par ailleurs, 85% des personnes hospitalisées pendant la pandémie avaient au moins une comorbidité, cardiaque ou respiratoire, ou du diabète », précisait-elle.

Âge et comorbidités sont aussi les facteurs qui augmentent le risque de complications en cas de grippe. Sans oublier que la saison froide est également celle où circulent d’autres virus respiratoires comme les rhinovirus ou le virus syncytial respiratoire.

Plus que jamais, il est donc recommandé de se faire vacciner contre la grippe saisonnière, en particulier si on a plus de 65 ans ou si on souffre d’une maladie chronique (comme le diabète, l’insuffisance cardiaque, l’asthme, etc.).

Le Comité consultatif national de l’immunisation du Canada recommande que la vaccination antigrippale puisse se faire dans des cliniques mobiles ou des lieux dédiés (loin des hôpitaux), en particulier pour les aînés. « Tout le monde devrait se faire vacciner tôt, car cela prend deux semaines avant que le système immunitaire réagisse pleinement », a indiqué la Dre Chu.

L’hémisphère Nord pourrait, comme le Sud, être lui aussi « chanceux » et ne pas subir l’assaut de la grippe cette année. Mais dans le doute, il faut mettre les bouchées doubles et se préparer au pire. La couverture vaccinale contre la grippe saisonnière est chaque année inférieure aux objectifs : selon l’Institut national de la santé publique du Québec, en 2017-2018 seules 55 % des personnes âgées de 65 ans ou plus étaient vaccinées. Du côté des personnes atteintes de maladies chroniques âgées de 18 ans ou plus, cette proportion ne s’élevait qu’à 39 %.

 

Publicité

À lire aussi

Sciences

Plantes: le boom des nouvelles techniques de sélection

Les "NBPT", les nouvelles techniques de sélection génétique des plantes, sont de plus en plus utilisées en agriculture.
Marine Corniou 29-06-2017
Sciences

Les araignées amatrices de poissons

Les araignées seraient friandes de poisson, selon une nouvelle étude parue dans PLOS ONE. Elles sont beaucoup plus nombreuses à pêcher que ce qu'on pensait...
Marine Corniou 18-06-2014
Sciences

Des JO techno

Les Jeux olympiques d’hiver de 2018 en Corée du Sud marqueront le coup d’envoi de nouvelles technologies qui pourraient bien s’immiscer dans notre quotidien à brève échéance. D’autres innovations sont conçues spécifiquement pour donner un coup de pouce aux athlètes. Tour d’horizon de ces gadgets étonnants.
Annie Labrecque 26-01-2018