Publicité
Société

2017 dans l’œil de « l’hédonomètre »

14-12-2017

Ce que nous publions sur les réseaux sociaux en dit beaucoup sur notre humeur collective en 2017, selon des mathématiciens de l'université du Vermont.

Avis à ceux qui ont la phobie de Noël, ou natalophobie : le 25 décembre est la journée pendant laquelle les Américains sont le plus heureux, suivie de près par le 24 décembre (et son réveillon) et l’Action de grâce. Du moins, si l’on se fie aux travaux publiés par le Computational Story Lab, dont nous vous parlions en 2014.

En cette saison des rétrospectives en tous genres, leur « hédonomètre » permet de jeter un éclairage nouveau sur l’année qui se termine. Grâce à ce baromètre qui mesure le niveau de bien-être d’une population – ici américaine — à partir des mots qu’elle utilise sur Twitter, on constate que nos voisins du sud semblent avoir vécu une vague collective de joie entre le 30 avril et le 21 mai 2017, avec un sommet le jour de la fête des Mères.

Puis, le 22 mai, c’est la débarque : un attentat-suicide survient à la sortie du Manchester Arena, au Royaume-Uni, faisant 22 morts et 116 blessés civils, dont de nombreux enfants et adolescents. Le lendemain, l’onde de choc se fait sentir sur les médias sociaux. Le sommet de la gueule de bois nationale sera néanmoins atteint en octobre, lors de la fusillade de Las Vegas.

Les travaux du Computational Story Lab vont néanmoins plus loin que cela. Toujours grâce à ce que les Américains écrivent sur Twitter, il est possible de brosser un portrait du bilan calorique de 49 des 51 États américains – les chercheurs le nomment le « lexicocalorimètre » (@lexicocalorimtr sur Twitter).

Même Instagram, un réseau social pourtant plus « visuel », intéresse les scientifiques vermontois; dans une étude parue cette année dans EPJ Data Science, ils concluent que les photos qui y sont publiées peuvent constituer un marqueur précoce fiable de la dépression.

Photo : Capture d'écran – Computational Computer Lab
 

Publicité

À lire aussi

Société

La drogue mangeuse de chair

En Russie, une nouvelle drogue, le krokodil, fait des ravages. Substitut bon marché de l’héroïne, on craint maintenant qu’elle se répande dans le monde. On en aurait trouvé en Ontario.
Société

«Les Jeux olympiques sont une véritable téléréalité»

L'anthropologue Suzanne Laberge décortique l'idéal olympique et la fascination que les Jeux exercent partout sur la planète.
Québec Science 20-07-2012
Société

Autisme: un monde en soi

Dossier spécial sur l'autisme, ses causes, ses traitements, et ses 1000 visages.
Québec Science 31-03-2015