Publicité
Société

Art préhistorique: le passé se dévoile

01-03-2019

Peinture rupestre d’un bovidé sauvage de Bornéo, en Indonésie. Elle fait partie d’un grand panneau com- portant au moins deux autres représentations d’un bovidé sauvage, dont l’une date d’au minimum 40 000 ans. Il s’agit du plus ancien dessin figuratif connu du monde. Photo: Pindi Setiawan ; Kinez Riza

Des bribes du passé nous sont dévoilées au fil des découvertes scientifiques sur l’art préhistorique.

Il y a quelques années, l’archéologue québécois Maxime Aubert a exploré une grotte de calcaire ornée de traces de mains, de symboles et de figures animales. Le lieu a été découvert en 1990 sur l’île de Bornéo, en Indonésie. Le chercheur souhaitait y tester la technique de datation par l’uranium-thorium, qui est très précise lorsqu’elle est appliquée à des fragments de calcite. Ce minerai s’est déposé sur les peintures et les a protégées des outrages du temps.

Jusqu’alors, on croyait que ces œuvres dataient d’il y a 10 000 ans. Elles se sont révélées beaucoup plus vieilles : l’un des dessins aurait au moins 40 000 ans. Ce serait même la plus ancienne œuvre figurative (représentation du visible, par opposition à l’art abstrait) découverte à ce jour ! Elle reproduit un grand animal de couleur rouge-orange, possiblement un bovidé sauvage, selon l’article scientifique publié en 2018 dans Nature par Maxime Aubert et ses collègues australiens et indonésiens.

Les spécialistes croyaient auparavant que l’art rupestre était né en Europe, où des grottes sont étudiées depuis des lustres. C’était sans compter les dessins réalisés à 10 000 km de là, en Asie du Sud-Est, aux mêmes périodes. « L’art rupestre y a évolué de façon similaire avec des représentations de mains et de gros animaux pour ensuite en arriver à des peintures d’humains », souligne Maxime Aubert, qui continue ses explorations dans les grottes de la région de Bornéo.

Fait étonnant, les archéologues ont observé, dans plusieurs sites indonésiens, des créations exécutées en deux phases, séparées par plusieurs dizaines de milliers d’années. « Des peintures se superposent, explique M. Aubert : une première phase en orange et la suivante en mauve. »

Mais pour en apprendre davantage sur ces « artistes », il reste encore beaucoup de travail à abattre. Qui étaient ces Homo sapiens ? Pourquoi faisaient-ils ces peintures ? « Je travaille avec une équipe de l’Institut Max-Planck, en Allemagne, pour essayer d’extraire de l’ADN, s’il y en a, des traces de mains [voir la photo 3 ci-contre], dit le chercheur. Pour les produire, les artistes de l’époque devaient mettre les pigments dans leur bouche et souffler ensuite sur la paroi rocheuse où ils avaient posé leurs mains. Peut-être que de l’ADN ancien a été préservé ? Si ça fonctionne, ce serait vraiment incroyable ! »

Au fil des découvertes

Les nouveaux outils et les avancées dans les techniques de datation permettent petit à petit de parfaire les connaissances sur la préhistoire. Par exemple, une étude publiée en 2013 par un archéologue américain a révélé que les traces de mains trouvées dans des grottes d’Espagne et de France auraient été en grande partie laissées par des femmes. Puisque ce sont des représentations animales qui décorent les parois, plusieurs chercheurs croyaient, à tort, que les hommes, ces chasseurs, en étaient les auteurs.

Plus récemment, en datant de nouveau des peintures de trois grottes espagnoles, une équipe britannico-
allemande a constaté qu’elles avaient été réalisées par des Néandertaliens il y a 64 000 ans, et non par l’Homo sapiens moderne d’Europe, arrivé 20 000 ans après.

Malheureusement, toutes les œuvres ne peuvent être datées, surtout en l’absence de calcaire. Quant à la technique au carbone 14, elle n’est pas efficace pour les œuvres très anciennes. « J’ai vu beaucoup de peintures jusqu’à présent, mais peu dont on puisse déterminer la date », mentionne Maxime Aubert.

Le gros lot, c’est la peinture prise en sandwich entre deux couches de calcaire, indique le chercheur. Deux dates un maximum et un minimum fournissent alors de précieuses informations. Souhaitons-lui de nombreux sandwichs préhistoriques !

Découvertes également à Bornéo, ces figures humaines datent de 13 600 ans et plus, mais pourraient remonter à l’apogée de la dernière glaciation, il y a 20 000 ans. La figure de gauche est une reproduction mieux définie de l’originale, qu’on peut voir à droite.

Galerie

Art préhistorique: le passé se dévoile

Publicité

À lire aussi

Société

L’humain moderne, toujours en évolution

Aujourd'hui encore, notre espèce est en pleine évolution. À quoi ressemblera l'humain du futur?
Alexis Riopel 01-03-2019
EN PARTENARIAT AVEC L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC
Société

Place à la voiture intelligente

Des véhicules autonomes circuleront un jour sur nos routes. D'ici là, ces dernières doivent être en mesure d'éviter les collisions et d'affronter les rigueurs de l'hiver.
Maxime Bilodeau 28-03-2019
Société

À bas la maltraitance

En 2015-2016, on recensait chaque jour plus de 20 nouveaux cas de maltraitance chez les enfants de moins de 5 ans. Que peut-on faire pour mieux protéger nos tout-petits?
Nathalie Kinnard 16-11-2017