Publicité
Société

Écologie: acheter, c’est sauver

19-09-2014

Vous avez quelques millions à dépenser? Si vous êtes de ces nouveaux écolos philanthro­pes, vous rêvez sans doute de les utiliser pour protéger l’habitat d’espèces en dan­ger, comme la salaman­dre à quatre orteils, la grive de Bicknell ou la paruline azurée. Vous créerez peut-être alors votre propre fiducie foncière ou ferez des dons à des organismes comme Conservation de la nature Canada ou Canards illimités Canada, avec l’intention ferme de mettre à l’abri des promoteurs immobiliers quel­ques-uns de nos plus beaux territoires et les espèces fragiles qui les fréquentent.

Au Québec, Conservation de la nature Canada (CNC) a réussi à mettre à l’abri de la spéculation et du développement outrancier 386 km2 de terres privées depuis sa fondation, en 1962, par une poignée de naturalistes ontariens. D’accord, cela représente une tache à peine visible sur les 152 000 km2 d’aires protégées créées par le gouvernement du Québec à ce jour. Mais les règles du jeu ne sont pas les mêmes.

«Le gouvernement québécois crée des aires protégées dans le Nord. C’est facile, là-haut: il n’y a aucune pression urbaine! tonne Jean Paré, journaliste à la retraite, ancien président de CNC pour la région du Québec, et qui siège toujours au conseil d’administration de l’organisme. Mais au sud, même s’il a déjà institué quelques parcs nationaux, le gouvernement peut encore déplacer les limites d’une aire protégée si un projet minier ou forestier se manifeste. Ça s’est vu dans le passé!»

Photo:
DkCooper CNC

Lire la suite dans le numéro de Québec Science d’octobre 2014

Publicité

À lire aussi

Société

Objection de conscience : quand elle menace les patients

La « clause de conscience » permet aux médecins de refuser de pratiquer les actes qu’ils jugent contraires à leurs convictions morales. Mais en matière de santé reproductive, l’expérience montre que cette liberté n’est pas sans risque pour les patientes.
Marine Corniou 19-09-2015
Société

Des chercheurs en santé investissent le musée

De la recherche en santé au Musée des beaux-arts de Montréal ? Tout à fait! Le scientifique en chef du Québec arrive même en renfort.
Martine Letarte 18-01-2017
Société

Luc Bureau: L’agitateur terrestre

«Notre essence, c'est d'habiter», dit le géographe, professeur et écrivain Luc Bureau. Nous l'avons rencontré au bistrot Le Temps perdu, situé au 46.7857 latitude nord et 71.2688 longitude ouest. Un bon endroit pour discuter de la vie qui passe.
Raymond Lemieux 23-10-2014