Publicité
Société

Intimidation: une application rend plus fort

02-09-2016

Soutenir les jeunes qui souffrent d’intimidation et les inciter à briser le silence: c’est l’objectif de l’application mobile +Fort, développée par Isabelle Ouellet-Morin, professeure de l’École de criminologie de l’Université de Montréal (UdeM) et chercheuse associée à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Spécialement conçue pour les victimes d’actes d’intimidation âgées de 12 à 16 ans, l’application propose notamment une dizaine de vidéos sur l’intimidation mettant en scène des personnalités jeunesse connues au Québec. Une carte virtuelle permet également de savoir où les actes d’intimidation surviennent et où trouver de l’aide.

«Plusieurs stratégies sont proposées pour diverses situations, note Isabelle Ouellet-Morin sur le site de l’UdeM, mais les jeunes peuvent les adapter selon le problème qu’ils vivent. Ils peuvent aussi en élaborer d’autres qui leur conviennent davantage. On les convie par la suite à évaluer les stratégies qu’ils ont essayées afin qu’ils trouvent celles qui fonctionnent le mieux pour eux.»

En ces temps de rentrée scolaire, les mesures de prévention et de sensibilisation sont plus que pertinentes.

Source: Université de Montréal
Photo: Amélie Philibert

 

Publicité

À lire aussi

Société

Votre belle-mère veille sur vos gènes

Et si nos grands-mères nous aidaient à « nettoyer » les génomes ? Une fascinante théorie étudiée de près au Québec !
Sylvain Lumbroso 28-03-2017
Société

Écologie: acheter, c’est sauver

Las d’attendre que le gouvernement crée des aires protégées pour sauvegarder les paysages et les espèces en péril, des amoureux de la nature achètent quelques-uns des plus beaux coins du Québec pour les mettre à l’abri des promoteurs immobiliers.
Québec Science 19-09-2014
En partenariat avec l'Université du Québec
Société

ENAP: pour une fonction publique engagée

Dans les années 1960, alors que la Révolution tranquille transforme le Québec, un constat s'impose au gouvernement : l'appareil étatique manque cruellement de gestionnaires publics qualifiés.