Publicité
Société

Le voile n’est pas religieux

29-11-2013

L’essayiste et historien belge Jean-Claude Bologne a examiné sous toutes ses coutures le rapport des femmes à leurs vêtements. D’abord dans son vaste ouvrage Histoire de la pudeur (Olivier Orban, 1986) et, plus récemment, dans Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées (Seuil, 2010). Pour lui, le voile n’est pas un symbole religieux et les politiciens qui cherchent à l’interdire font le jeu des islamistes radicaux.

Dans le débat sur la laïcité, au Québec comme en France, on a tendance à faire du voile l’apanage de la religion musulmane. Qu’en dites-vous?

Le port du voile est bien antérieur à l’islam! En Syrie, au XIe siècle avant notre ère, c’était un symbole de condition sociale. Les femmes de rang élevé le portaient pour se protéger du soleil. Plus tard, il s’est répandu à Rome à l’époque de l’Empire. Les femmes mariées s’en paraient pour signifier qu’elles appartenaient à leur époux. Les mœurs se sont relâchées en Europe et le voile est devenu de plus en plus rare. Sauf au Moyen Âge, où il a ressurgi, du XIIe au XVIe siècle, sous l’influence des croisades. Les femmes le mettaient par pure coquetterie.

Le Coran lui a-t-il fait perdre sa dimension sociale pour en faire un symbole religieux?

Absolument pas. Il est question du voile dans le Coran, mais il y a une large place à l’interprétation. Comme dans la Bible d’ailleurs. Dieu pare Ève d’un vêtement pour qu’elle reste humble, mais les chrétiens interprètent cela au sens figuré. Le respect de Dieu constitue un voile symbolique. Dans l’Islam, l’obligation de porter un voile physique est née d’une lecture radicale du Coran, imposée par des islamistes à partir des années 1970.

À votre avis, les gouvernements qui souhaitent interdire le port du voile font-ils fausse route?

Absolument. En faisant du voile un symbole religieux, ils reprennent le discours des islamistes radicaux. Ils gomment complètement la dimension sociale et coutumière du voile et ils exacerbent le problème. Les musulmanes pratiquantes vont se dire que, à bien y penser, elles devraient porter le voile. Surtout que, lorsqu’on interdit une chose, les personnes brimées sont encore plus tentées de passer outre.

Certains voient dans le voile un symbole de domination masculine.

La domination masculine se manifeste, malheureusement, de tellement de façons, dans nos sociétés! Arrêtons de mettre l’accent sur le voile et d’y accorder une importance qu’il n’a pas.

Demander aux femmes de retirer leur voile peut-il être perçu comme une atteinte à leur pudeur?

C’est même violent, à mon avis. Si vous avez porté des gants toute votre vie et qu’on vous demande du jour au lendemain de les retirer, vous allez vous sentir nue. Les religieuses forcées d’enlever leur voile durant la Révolution française se sont d’ailleurs senties dénudées. Nos grands-mères, elles, ne sortaient jamais sans un chapeau sur la tête. C’est une question de mœurs, et ces mœurs évoluent lentement. Plutôt que de passer par la coercition, il faut ouvrir le dialogue avec les nouveaux arrivants et parler d’égalité. Et l’égalité passe par l’éducation.

Propos recueillis par Dominique Forget
Photo: Ria Novosti/SPL

Publicité

À lire aussi

Société

Gérer le territoire en fonction des citoyens

Un Québécois sur 2 habite maintenant dans une ville comptant plus de 100 000 habitants. Pendant ce temps, la campagne se vide…
Québec Science 04-10-2012
Société

La moitié pour la nature?

Le mouvement conservationniste international et le Québec.
Jean-Pierre Rogel 23-11-2012
Société

Attention, économie fragile !

Nous dirigeons-nous vers une nouvelle récession ? Pis, une crise financière ? Le sociologue Éric Pineault et l'économiste Pierre Fortin, tous deux professeurs à l'Université du Québec à Montréal, se font peu rassurants.