Publicité
Société

N’ayons plus peur des maux

21-09-2012

Médecin français émigré au Québec, Marc Zaffran a pratiqué la médecine générale pendant 15 ans dans un cabinet de campagne. Là, il a vu défiler toutes les petites et grandes misères humaines, entendu des secrets inavouables et soigné quelques maladies «honteuses». Il y a surtout appris à devenir médecin.

En 1998, sous le pseudonyme de Martin Winckler, il signe La maladie de Sachs. Acclamée par la critique et le public, portée à l’écran par le cinéaste Michel Deville, l’histoire du docteur Bruno Sachs a rendu le docteur Zaffran célèbre.

Au Québec, où il vit depuis 2009, avec sa femme et six de leurs huit enfants, il a découvert, dit-il, une médecine nourrie d’éthique et plus en phase avec les découvertes scientifiques. Aujourd’hui en retrait de la pratique médicale, il est écrivain en résidence au département de littérature de l’Université d’Ottawa et poursuit une maîtrise en bioéthique à l’Université de Montréal, en plus d’alimenter son Webzine et son blogue de PasseportSanté.net.

Son plus récent roman, En souvenir d’André, qui paraît ce mois-ci aux Éditions P.O.L, traite d’un sujet brûlant d’actualité: le suicide assisté.

Entrevue à lire dans notre numéro d’octobre 2012

Publicité

À lire aussi

Société

Examiner l’avenir des universités

Même en science, le Canada compte deux solitudes. Alors que le pays figure parmi les moins performants en matière d’investissement dans le domaine de la recherche, le Québec arrive à tirer son épingle du jeu. Mais il faut réévaluer le rôle des universités.
Raymond Lemieux 26-10-2012
Société

Tous ne sont pas égaux devant les parcs

Des chercheurs s'intéressent à l'usage des parcs urbains dans différents quartiers favorisés et défavorisés du Québec.
Maxime Bilodeau 11-05-2017
Société

Le chocolat, un plaisir apprécié depuis plus de 5 000 ans

Il y 5 450 ans, on exploitait déjà le cacao en Amazonie, selon une nouvelle étude.
Annie Labrecque 30-10-2018