Publicité
Société

N’ayons plus peur des maux

21-09-2012

Médecin français émigré au Québec, Marc Zaffran a pratiqué la médecine générale pendant 15 ans dans un cabinet de campagne. Là, il a vu défiler toutes les petites et grandes misères humaines, entendu des secrets inavouables et soigné quelques maladies «honteuses». Il y a surtout appris à devenir médecin.

En 1998, sous le pseudonyme de Martin Winckler, il signe La maladie de Sachs. Acclamée par la critique et le public, portée à l’écran par le cinéaste Michel Deville, l’histoire du docteur Bruno Sachs a rendu le docteur Zaffran célèbre.

Au Québec, où il vit depuis 2009, avec sa femme et six de leurs huit enfants, il a découvert, dit-il, une médecine nourrie d’éthique et plus en phase avec les découvertes scientifiques. Aujourd’hui en retrait de la pratique médicale, il est écrivain en résidence au département de littérature de l’Université d’Ottawa et poursuit une maîtrise en bioéthique à l’Université de Montréal, en plus d’alimenter son Webzine et son blogue de PasseportSanté.net.

Son plus récent roman, En souvenir d’André, qui paraît ce mois-ci aux Éditions P.O.L, traite d’un sujet brûlant d’actualité: le suicide assisté.

Entrevue à lire dans notre numéro d’octobre 2012

Publicité

À lire aussi

Société

Crise financière: opération coupe-feu

De nombreux outils scientifiques permettent de surveiller les marchés et de prévoir les soubresauts de la finance. Mais ils ne sont pas utilisés! Ce texte de «finance-fiction» nous offre un aperçu des nouvelles techniques d’anticipation des catastrophes financières. Un peu comme les météorologues peuvent aujourd’hui voir venir les tempêtes et les ouragans, et ainsi conseiller aux populations d’évacuer ou de se barricader chez elles.
Robert Pouliot 25-10-2011
Société

Autisme: une avalanche de diagnostics

Les cas d’autisme ont été multipliés par 10 depuis 25 ans. Les diagnostics sont-ils tous bons?
Dominique Forget 31-03-2015
Société

Un siècle d’Abitibi

En 1910, Ernest Turcotte bâtissait une maison sur les rives de la rivière Harricana au nord du 48e parallèle. Lui et sa famille ont été les premiers colons de l’Abitibi, aussi bien dire, d’un nouveau pays.
Raymond Lemieux 04-11-2010