Publicité
Société

Un brassin maison dans le confort de votre appartement

21-05-2014

«Au cours de la dernière année, nos ventes d’ensembles de démarrage pour brasser sa propre bière ont littéralement triplé!», dit Josée Ladouceur de la boutique Moût International, spécialisée dans la production maison de bières et de vins.

Avec l’engouement pour les microbrasseries locales, la fermentation artisanale du malt gagne elle aussi en popularité. «L’avantage, c’est que les brasseurs amateurs ont accès aux mêmes ingrédients de qualité que les microbrasseries commerciales. Avec un peu de pratique, les résultats peuvent être excellents», ajoute Mme Ladouceur.

Marie-Julie Favé, chercheure en génétique à l’Hôpital Sainte-Justine et Guillaume Gilbert, physicien médical en imagerie, produisent chaque mois des bières comparables à celles des microbrasseries, dans le confort de leur appartement, à l’aide de quelques instruments rudimentaires et d’une glacière modifiée.

Selon les deux brasseurs amateurs, préparer son propre alcool n’est pas sorcier. Il s’agit surtout de bien désinfecter chacun des instruments, tout au long du processus. Une levure sauvage aura vite fait de gâcher un brassin!

Pour quelque 200$, il est possible de s’équiper pour produire une bière digne de ce nom. Glissez votre curseur sur l’image intéractive pour découvrir l’attirail du couple Favé-Gilbert.

Lire aussi, dans notre numéro de juin-juillet, un reportage sur l’essor des microbrasseries québécoises.

Publicité

À lire aussi

Culture

Le meilleur de la culture scientifique – Mars 2018

Voici ce qui a retenu l'attention de notre journaliste dans le monde culturel: une balado où l'on se demande si la vie vaut la peine d'être vécue, un documentaire sur le racisme, un livre pour explorer la beauté de l'Univers...
Culture

Rats de laboratoire

Une centaine de personnes sont devenus rats de laboratoire, l'instant d'une émission pilotée par Jean-René Dufort et Marie-Pier Élie.
Société

La science peut-elle définir l’école idéale ?

Une école où les enfants réussissent et où les taux de décrochage sont négligeables, ça existe ! Et ce, grâce aux « données probantes », une approche qui fonctionne, mais qui est chaudement débattue.