Publicité
Société

Un doctorant iranien de l’Université Laval bloqué par le décret Trump

03-02-2017

Davoud Torkamaneh n’en revient pas. On le bloque aux frontières américaines au nom de la sécurité. Pourtant, «je travaille pour la sécurité alimentaire!»

Le candidat au doctorat au département de phytologie de l’Université Laval s’intéresse en effet à la génétique du soya. Il est à la recherche de la meilleure variété de la plante à travers le monde.

Pour propulser ses recherches, il devait partir le 1er mars pour deux à trois mois pour faire des analyses dans un laboratoire de pointe à New York: le Cold Spring Harbor Laboratory. «J’avais mon visa, mon appartement, une bourse du FRQNT, raconte le chercheur. J’ai annulé.»

Le décret migratoire signé par le président des États-Unis Donald Trump, le 27 janvier dernier, limite l’accès au pays pour les ressortissants de sept pays, dont l’Iran, d’où Davoud Torkamaneh est originaire. Le décret est en vigueur pour 90 jours.

«On a discuté et on va faire le travail à distance. On doit avancer; je ne peux pas attendre», dit celui qui compte terminer son doctorat à la fin de 2017.

«C’est ridicule parce que le 19 janvier dernier, encore, j’étais aux États-Unis pour une semaine pour une rencontre.»

Son histoire fait écho à celle de son collègue Luca Freschi, qui devait partir en mars pour un postdoctorat à Boston, avec sa femme d’origine iranienne.

Des scientifiques américains et de partout dans le monde protestent contre les décisions de M. Trump en lien avec la science. Une marche pour la science est d’ailleurs prévue à Washington, et dans plusieurs autres villes, dont Montréal, le 22 avril.

Photo: Davoud Torkamaneh recevant un prix dans le cadre du Programme de bourses de leadership et développement durable 2013-2014 de l’Université Laval. Il étudie dans cette université depuis 2013.

 

Publicité

À lire aussi

Société

Trump: une anomalie qui nargue les politologues

Personne ne croyait que Donald Trump parviendrait à la grande finale de la course à la présidence des États-Unis. Les modèles de prédiction électorale sont-ils dépassés ? Et les politologues, déconnectés ?
Société

Parler à travers son gant

Des étudiants montréalais ont développé un gant capable de traduire la langue des signes. Connecté à un téléphone intelligent, ce dispositif pourrait donner une voix à ceux qui n’en ont pas.
Catherine Girard 03-08-2012
Société

« Le bruit des éoliennes cause le cancer », dit Trump

Donal Trump n'est pas connu pour ses compétences en sciences, mais sa dernière ineptie choque encore plus que d'habitude.
Marine Corniou 04-04-2019