Publicité
Technologie

Oneka Technologies: faire de l’eau potable à partir des vagues de la mer

17-10-2018

Unité de dessalement Oneka de quatrième génération installée en Floride. Photo: Oneka

Une jeune entreprise sherbrookoise relève le défi de produire de l’eau potable à partir des vagues de la mer.

L’eau qui se fracasse sur les rivages fascine Dragan Tutić, lors d’un voyage en Corse en 2012. Il se pose alors une question : si l’énergie des vagues permet de produire de l’électricité et que cette dernière est parfois utilisée pour dessaler l’eau de mer, pourquoi ne pas se servir directement de la houle pour obtenir de l’eau potable ?

De retour au Québec, il mobilise d’autres étudiants autour de cette idée dans le cadre d’un projet au baccalauréat en génie mécanique à l’Université de Sherbrooke. L’équipe teste un prototype aux îles de la Madeleine. « Ce n’était pas aussi concluant qu’on le souhaitait, mais on croyait toujours au potentiel de l’appareil », raconte l’ingénieur.

Il fonde ensuite avec Renaud Lafortune Oneka Technologies, accueillie par l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques de son université. Le duo, qui jusque-là n’avait pas le pied marin, décide de repenser à zéro un système plus simple et plus économique que le prototype initial, sans huile ni moteur, et avec trois fois moins de pièces.

En 2016, pour tester sa technologie, la jeune pousse multiplie les allers-retours entre Sherbrooke et Scarborough Beach, dans l’État du Maine. Puis, l’année suivante, un centre permanent de tests est implanté à Fort Pierce, en Floride. La mer s’y apparente à celle des Caraïbes, où l’entreprise lorgne des marchés.

La moitié de la dizaine d’employés d’Oneka Technologies y déménage pour peaufiner un prototype installé à trois kilomètres du rivage. « Si quelque chose est inadéquat, la mer va vous le dire », assure Dragan Tutić. À force de réglages, la structure de l’unité est renforcée : elle résiste à des vagues de 3,5 m et produit chaque jour 10 000 l d’eau potable.

En décembre 2017, les deux cofondateurs l’ont poussée aux limites de ses capacités dans le simulateur de houle MaRINET2, de l’École centrale de Nantes. Les données amassées là-bas leur permettent désormais de modéliser les opérations sur ordinateur de façon à prédire la production d’eau potable et la résistance selon le régime des vagues d’un endroit donné. La modélisation permet également de mieux adapter la machine aux conditions de la mer en évaluant l’effet de modifications de la masse, la géométrie ou la grosseur de certaines pièces.

Oneka Technologies espère séduire un premier utilisateur commercial cette année avec des parcs de plus de cinq unités. Elle regarde du côté des établissements touristiques côtiers confrontés à un approvisionnement en eau potable instable ou à des coûts onéreux. L’entreprise naissante évalue que, une fois son système implanté, l’eau potable produite coûterait jusqu’à cinq fois moins cher que celle fournie par certains services publics en milieux insulaires. En outre, l’invention pourrait éventuellement combler les besoins des collectivités côtières isolées, voire de gens sinistrés à la suite d’ouragans. Avec un système tout-en-un, indépendant de tout carburant, « un mécanicien automobile serait surqualifié pour faire la maintenance de notre appareil », déclare Renaud Lafortune.

De quoi anticiper une nouvelle vague dans la production d’eau potable.

>>> Ce reportage fait partie de notre dossier spécial Des technos qui étonnent et détonnent. Lisez l’histoire des autres entreprises d’ici dont les inventions laissent bouche bée.

Comment ça marche?

1

Fixé à plus d’un kilomètre du rivage, le système démarre lorsque la houle atteint la hauteur minimale de 0,7 m. Il est composé d’un flotteur à la surface de l’eau relié par un cylindre hydraulique à un
ancrage dans le fond marin.

2

Lorsque le flotteur entreprend sa descente depuis la crête d’une vague, le cylindre hydraulique s’élargit pour aspirer l’eau de la mer, un peu comme les poumons augmentent de volume pour laisser entrer l’air. Une valve maintient l’eau dans le cylindre.

3

Quand une autre vague provoque la remontée du flotteur, le cylindre hydraulique est tiré à la verticale selon le principe de la poussée d’Archimède, une force qui tend à pousser les objets immergés vers le haut en raison de la différence de pression aux extrémités. L’énergie libérée par la force du mouvement pressurise l’eau à environ 60 bars.

4

L’eau propulsée et la pression s’accumulent dans une section amovible du système pour maintenir un flot continu et légèrement atténué sur une membrane d’osmose inverse (voir l’étape suivante) et éviter sa destruction par une impulsion trop forte.

5

La membrane d’osmose inverse, percée de trous de quelques nanomètres, bloque les bactéries et les ions de sel et laisse traverser l’eau douce. L’eau résiduelle, toujours salée, est retournée dans la mer.

6

Après son passage dans la membrane, l’eau potable conserve suffisamment d’élan pour se rendre jusqu’à la côte à travers un tuyau déroulé dans le fond marin. Elle peut être bue directement à la sortie.

Publicité

À lire aussi

Technologie

Super-batteries!

Comment augmenter l’autonomie des batteries rechargeables? Nul besoin de haute technologie, il suffit de concasser du silicium.
Technologie

Le déluge numérique

Nous entrons dans l’ère du libre accès à des milliards de données numérisées. Un défi majeur sur le plan de la vie privée.
Elias Levy 08-08-2014
Technologie

Lorsque l’ordinateur peut détecter la douleur sur votre visage

Un nouvel algorithme a été créé pour détecter le niveau de douleur sur le visage des gens.
Martine Letarte 05-09-2017