Publicité
Technopop

Je me suis laissé charmer par les plantfluencers

27-07-2020

Image: Free-Photos/Pixabay

En 2017, près du quart des plantes achetées aux États-Unis l’ont été par des personnes âgées de 18 à 34 ans. D’où vient cette folie pour le jardinage? Et pourquoi les millénariaux sont-ils prêts à payer si cher pour des végétaux?

Un dimanche matin, je suis partie, fébrile, récupérer une plante que j’avais fait mettre de côté par l’entremise du compte Instagram d’une fleuriste du marché Jean-Talon, à Montréal. Je vous vois, lectrice ou lecteur, lever les yeux au ciel en lisant ces lignes. Je ne vous en veux pas. Mais sachez, à ma défense, qu’il ne s’agissait pas de n’importe quelle plante. C’était une Monstera deliciosa, un faux philodendron aussi appelé « plante d’Instagram » parce que ses feuilles perforées font de magnifiques photos. Je ne l’ai pas payée 3 000 $, mais je mentirais si je disais que c’était bon marché. J’ai succombé aux chants des plantfluencers et des #monsteramonday.

En 2017, près du quart des plantes achetées aux États-Unis l’ont été par des personnes âgées de 18 à 34 ans. Ces trois dernières années, la vente de plantes dans ce même pays a augmenté de 50 %, selon la National Gardening Association.

Qui dit gros chiffres, dit gros sous à la clé… et donc des arnaques potentielles. Connaissez-vous le philodendron rose du Congo ? Lorsqu’il est apparu sur Instagram, l’engouement a été immédiat. Imaginez : une plante aux teintes rosées ! Y a-t-il quelque chose de plus parfait pour Pinterest ?

 

La folie a été de courte durée. Dans les serres, on traitait ces plantes chimiquement pour que leurs feuilles deviennent roses. Au bout de quelque temps, elles redevenaient vertes. Même si la supercherie a été révélée, il s’en vend encore sur Etsy et eBay à près de 100 $ l’unité.

Comment peut-on arriver à vendre des végétaux si cher ? Les millénariaux (dont je fais partie) adorent le jardinage et les raisons sont multiples. D’abord, c’est une activité qui oblige à ralentir et qui ne demande pas d’écran. J’y trouve personnellement une forme de méditation et de lenteur qui calme mes humeurs, s’inscrivant dans le mouvement du bien-être personnel si précieux pour notre génération et notre santé mentale.

De plus, comme on fonde des familles plus tard et qu’acheter une maison est rendu quasiment impossible, posséder des plantes nous permet de croire que nous sommes de vrais adultes, à défaut d’en avoir les attributs traditionnels. On arrive à croire qu’on est capables de s’occuper de « quelqu’un ».

En cette période difficile et incertaine, j’aime prendre le temps de regarder mes plantes naître, mais surtout accepter que parfois des feuilles brunes vont apparaître et finir par tomber. Il n’y a rien que je puisse faire contre ça. Et c’est correct. C’est la nature, c’est vrai. La vie n’est pas une photo Instagram parfaite.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 𝕭𝖊𝖆𝖚𝖙𝖞 𝖕𝖑𝖆𝖓𝖙𝖘 (@amazing__plants) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par monko (@monko_the_plant) le

Publicité

À lire aussi

Technopop

L’Afrique, prochain eldorado de la techno

L’arrivée en force de l’Afrique dans l’industrie technologique est une bouffée d’air frais.
Chloé Freslon 16-05-2019
Technopop

L’âgisme, le dernier préjugé acceptable

Il est vrai qu’en techno on aime célébrer la jeunesse. Mais quel message cela envoie-t-il?
Chloé Freslon 07-04-2020
Technopop

Comment faire lire les ados? Grâce à des app!

De nouvelles applications proposent des histoires racontées à l'aide de textos qui défilent à l’écran, le tout accompagné de vidéos, de fichiers audios et même d’interactivité en temps réel avec l’utilisateur. Que doit-on en penser?
Chloé Freslon 25-02-2019