Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Actualités

Les Journées internationales de la culture scientifique arrivent à Montréal

Par Martine Letarte - 18/04/2017
-

Grand happening dans le milieu des sciences, les Journées internationales de la culture scientifique (JICS) sont organisées cette année à l’Université McGill, du 4 au 6 mai, par l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Frédéric Bouchard, président de l’Acfas, explique pourquoi il faut y assister.

Qu’est-ce que les JICS et pourquoi se tiennent-elles à Montréal cette année ?

«Le Québec a une très bonne réputation pour la vitalité de sa culture scientifique notamment grâce à la présence de magazines pour tous les groupes d’âge. De plus, plusieurs activités de l’Acfas se sont internationalisées, comme Ma thèse en 180 secondes. L’Acfas a donc été approchée par l’initiative Science and You de l’Université de Lorraine, en France. Les organisateurs avaient de l’appétit pour aller vers un échange encore plus international des meilleures pratiques afin de mieux faire rayonner la culture scientifique en France, mais aussi au Québec, aux États-Unis et ailleurs. Alors que la science s’est internationalisée, la culture scientifique peut aussi suivre ce courant.»

À qui s’adressent les JICS ?

«À tous ceux qui s’intéressent et veulent échanger sur les meilleures pratiques à adopter par les différents acteurs de la culture scientifique. Ce n’est pas un colloque théorique. L’objectif est vraiment de changer les manières de faire en réunissant des professionnels de la culture scientifique, des chercheurs impliqués dans la culture scientifique, des vulgarisateurs et des passionnés.»

Les JICS proposent 4 ateliers de formation, 4 conférences et 20 panels de discussion avec des conférenciers issus d’une quinzaine de pays. Quels sont les évènements incontournables ?

«Le thème de l’évènement est le numérique et on regardera comment il peut venir enrichir et transformer le milieu de la culture scientifique. Un panel parlera des outils numériques pour la diffusion et la formation. Un autre discutera de pourquoi et comment rejoindre les adultes, alors qu’on associe souvent à tort la culture scientifique uniquement aux jeunes. Puis, l’enjeu intéressant des données ouvertes sera abordé dans un colloque où la culture scientifique croisera la question de l’action politique. Une conférence – "La science, ça ne rigole pas!" – portera même sur la science et l’humour avec l’auteur français et YouTuber Patrick Baud et le communicateur scientifique Brian Malow. Un panel abordera la question de l’engagement des chercheurs dans la culture scientifique et un autre portera sur la science et la communication scientifique à l’ère de Trump.»

Pourquoi la culture scientifique est-elle si importante, particulièrement à l’ère de Trump justement et de la multiplication des fausses nouvelles ?
«La culture scientifique enrichit la vie des individus et des collectivités. Elle permet l’épanouissement et l’affranchissement humain. Une culture scientifique forte et de qualité donne un sens à la vie des citoyens et elle leur donne des outils pour prendre des décisions éclairées. Dans le contexte politique actuel aux États-Unis et ailleurs, les citoyens doivent souvent se battre pour revendiquer un accès aux connaissances et à une culture scientifique solide. Or, lorsqu’on affaiblit la culture scientifique, on appauvrit les horizons des citoyens et on leur enlève des outils pour comprendre et évaluer les conséquences des décisions des gouvernements. On a droit à une culture scientifique de qualité. C’est un enjeu de citoyenneté.»

***

Les JICS se tiennent en amont du 85e congrès annuel de l’Acfas où plusieurs activités de culture scientifique se dérouleront aux côtés de plus de 200 colloques scientifiques.
 

Afficher tous les textes de cette section