Publicité
Encyclo

Pièces de rechange vivantes

29-12-2017

Photo: Anemone123@Pixabay 

Transplanter la tête d’une personne sur le corps d’une autre. C’est le défi qu’a relevé un chirurgien italien en novembre dernier… sur des cadavres. Sa prochaine étape : greffer une tête bien vivante sur un autre corps pour permettre à une personne paralysée de retrouver sa mobilité.

Une greffe consiste à transférer sur un malade des cellules, des tissus ou des organes provenant d’un autre être vivant. Lorsque le « greffon » provient du patient lui-même, on parle d’autogreffe. Par exemple, lors d’une brûlure grave, le médecin recouvre la région endommagée avec de la peau issue d’une autre partie du corps. Mais lorsque des organes vitaux comme le cœur, les poumons ou les reins sont à bout de souffle, le dernier espoir repose sur un donneur, souvent une personne en mort cérébrale. Actuellement, plus de 2,9 millions de personnes au Québec ont donné leur consentement pour qu’on prélève leurs organes et leurs tissus après leur mort.

Lorsqu’un donneur potentiel décède brutalement, par exemple d’un accident de la route ou d’une crise cardiaque, une course contre la montre s’enclenche. Les médecins consultent la base de données des patients en attente de transplantations et attribuent le ou les organes utilisables selon l’âge, la taille, le poids et le groupe sanguin. Le succès d’une greffe repose sur la compatibilité des systèmes immunitaires du donneur et du receveur. Autrement, l’organe implanté est reconnu comme un intrus et les anticorps le détruisent ; c’est le rejet. En 2015 au Québec, 507 personnes ont reçu une greffe d’un donneur décédé et les taux de réussite sont excellents : 80 à 95 % des patients se portent bien un an après l’opération.

Mais greffer une tête est une tout autre affaire. Prélever la tête, protéger le cerveau pendant l’intervention et reconnecter la moelle épinière semblent des défis difficiles à relever. Et si cela fonctionnait, cette intervention soulève de nombreuses questions éthiques et juridiques, auxquelles nous n’avons pas encore de réponse.

À lire aussi, le reportage de Québec Science: Organes recherchés

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Pavlov et ses chiens

Ivan Petrovich Pavlov (1849-1936) est surtout connu pour ses chiens. Non, ce n’est pas un vétérinaire, mais plutôt un grand chercheur russe passionné par le fonctionnement du corps humain. Quel est le rapport avec les chiens ? Eh bien, grâce à eux, Pavlov a pu expérimenter les manifestations du « conditionnement ».
Québec Science 11-05-2014
Encyclo

Ça coule !

Au Québec, le temps des sucres n’existerait pas sans l’érable à sucre. Mais les érables, pourquoi coulent-ils ? Et pourquoi au printemps ?
Québec Science 13-04-2018
Encyclo

L’empreinte carbone des jeux vidéo

Si tu es un avide consommateur de jeux vidéo, ce n’est pas que ton portefeuille qui en souffre : cette industrie du divertissement coûte également cher à l’environnement. Des chercheurs ont tenté de quantifier leur empreinte carbone, et voici ce qu’ils ont trouvé.
Québec Science 22-11-2019